Critique : “Mamma Mia!” au Théâtre St-Denis de Montréal

Elle fait partie des comédies musicales qu'on ne présente plus. Construite sur les airs d'ABBA, Mamma Mia! fait danser le public à travers le monde depuis 20 ans. Au Québec, ses tournées en langue originale se sont enchaînées avec toujours beaucoup de succès, mais le spectacle n'a jamais été mis en scène dans la province. C'est Serge Postigo lui-même qui a décidé de s'attaquer à ce classique. Verdict ?

On ne compte plus les chroniques de ce spectacle sur Musical Avenue. Entre les versions présentées en permanence à Londres ou à New York, les critiques de films, les événements spéciaux ou l'adaptation française, Mamma Mia! a fait couler beaucoup d'encre. Le spectacle était également passé par le Canada à plusieurs reprises en version originale, notamment en 2012 et plus récemment en 2017.

Un choix osé

Après les succès de Mary Poppins, Footloose et Fame, le metteur en scène québécois Serge Postigo a porté son dévolu sur cette œuvre culte. Disons que la barre était haute. Alors que l'ambiance était particulièrement électrique le soir de la première médiatique, les premières notes ont instantanément plongé le public dans l'univers festif du spectacle. Une bonne ambiance qui n'a cessé d'être attisée par les formidables numéros auxquels nous avons eu droit.

Mamma Mia! Serge Postigo Montréal

Même en connaissant par cœur le déroulement de la pièce, chaque scène a réservé son lot de surprises. Il faut dire que de nouvelles blagues ont été intégrées aux dialogues déjà colorés, tout comme plusieurs autres nouveautés qui n'ont fait que rehausser la trame d'origine. Les chansons sont toujours en anglais, mais les dialogues ont été adaptés en version québécoise avec des expressions bien trempées de la belle province. L'adaptation est harmonieuse et le public s'identifie d'autant plus au texte et à l'histoire.

Une troupe triée sur le volet

Mais la grande réussite de cette version signée Serge Postigo tient plus qu'à ses dialogues relevés. Il y a bien sûr d'abord la troupe, extrêmement douée. Les danseurs se donnent à fond dans des chorégraphies sans anicroche et millimétrées. Et que dire des rôles principaux ? Chacun est à sa place, on ne pouvait mieux choisir. Près de 1000 personnes ont auditionné pour décrocher un rôle dans ce spectacle très attendu. Seulement 30 ont reçu une bonne nouvelle. C'est dire comme chaque artiste a été trié sur le volet !

Mamma Mia! Serge Postigo Montréal

Quel plaisir de retrouver Joëlle Lanctôt en Donna Sheridan ! Extrêmement versatile, elle nous avait déjà émerveillé dans le rôle-titre de Mary Poppins. Pas une seconde on ne repense à sa précédente interprétation tellement elle se glisse à merveille dans la peau de son nouveau personnage. Énergique et forte à l'image de Donna, elle livre d'excellentes performances, notamment quand elle entonne avec conviction "The Winner Takes it All" qui lui donne droit à une ovation du public, complètement sous son charme.

Romane Denis, pour la première fois sur scène, ne déçoit pas non plus dans le rôle de sa fille, Sophie Sheridan. La jeune comédienne, également à l'aise vocalement, apporte beaucoup de fraîcheur à son personnage, alternant les numéros rythmés et les balades. Avec Joëlle Lanctôt, elle forme un beau duo mère-fille auquel on s'attache rapidement.

Les acolytes féminins et masculins

Du côté des acolytes féminins de Donna, l'actrice française Karine Belly (Tanya) et l'artiste multidisciplinaire Sharon James (Rosie) forment la paire d'amies parfaites. La première, séduisante divorcée au corps longiligne, n'est pas sans rappeler Christine Baranski qui campe le même rôle sur grand écran. Elle en met plein la vue aux spectateurs dans le numéro "Does Your Mother Know" et ne manque pas une occasion de les faire rire avec son humour français. La seconde épate non seulement avec sa voix puissante, mais aussi avec sa fabuleuse aisance scénique qui en fait une Rosie particulièrement drôle, surtout dans l'hilarant numéro "Take a Chance on Me". 

Mamma Mia! Serge Postigo Montréal

Du côté du trio masculin, Frayne McCarthy (Harry Bright), Hubert Proulx (Bill Austin) et Eloi ArchamBaudoin (Sam Carmichael) forment un trio de pères aux personnalités variées, chacun campant son personnage avec beaucoup de conviction et d'humour. Eloi ArchamBaudoin, que l'on voit régulièrement sur le petit écran (District 31 ; 30 vies) et qui se cachait aussi sous le masque de Geronimo Stilton, est le compagnon idéal pour donner la réplique à Joëlle Lanctôt dans le rôle de Sam Carmichael. Il offre des performances solides, notamment dans le numéro "Knowing Me, Knowing You".

Décors et costumes flamboyants

Autres points forts de cette adaptation : les décors, éclairages et costumes grandioses. C'est simple, on se croirait réellement sur une île grecque grâce aux projections et aux décors de maisons blanches recréées qui s'ajustent d'une scène à l'autre. Les habits disco sont aussi pétillants que le spectacle, et on sent qu'une attention particulière a été portée à chaque détail visuel. Le résultat est flamboyant !

Musique entraînante, humour mordant, distribution étincelante, décors magiques... Serge Postigo a encore une fois dépassé les limites de la scène avec cette nouvelle adaptation très réussie qui réinvente ce classique ! Bravo !

Crédit photo : Laurence Labat


Mamma Mia! Serge Postigo MontréalMamma Mia!, de Benny Anderson & Bjorn Ulvaeus

Du 5 juin au 18 juillet 2019 au Théâtre St-Denis de Montréal

À partir du 14 août 2019 à la salle Albert-Rousseau de Québec

Paroles et musique : Benny Anderson & Bjorn Ulvaeus ; Livret : Catherine Johnson. Avec des chansons de Stig Anderson, concept original de Judy Craymer

Mise en scène, traduction et adaptation : Serge Postigo ; Chorégraphies : Steve Bolton ; Direction musicale : Guillaume St-Laurent ; Direction vocale : Estelle Esse.

Avec : Joëlle Lanctôt, Romane Denis, Karine Baily, Sharon James, Carol-Anne Vézina, Christian Laporte, Eloi Archambaudoin, Emilio Brown, Estelle Esse, Frayne McCarthy, Frédérique Brunet, Gabriel Favreau, Guillaume Borys, Hubert Proulx, James Dhaïti, Joanie Guérin,  Jose Flores, Juliette Diodati, Karina Armutlu, Kathline Gréco, Laurence Champagne, Laurie Blanchette, Lorena Liebman, Megan Brydon, Mike Melino, Natalie Byrns, Sunny Boisvert, Tommy Tremblay, Valérie Le Maire et Yannick Moisan.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.