Critique : “Murder Ballad” un nouveau musical rock transféré du Off-Broadway au Off-West End

La distribution annoncée nous a donné envie de découvrir ce musical écrit pour quatre personnages, au livret noir et aux musiques rock.

Des talents exceptionnels sur une petite scène

La star incontestée de ce musical est annoncée en tête d'affiche : l'iranien et canadien Ramin Karimloo, star du West End ayant joué dans Les Misérables, The Phantom of the Opera, Miss Saigon, Love Never Dies, et également à Broadway où il tenait le rôle de Jean Valjean en 2014. Physique de top modèle, abdos en béton, regard noir, voix rock au timbre métallique, tout nous séduit chez Ramin Karimloo qui tient merveilleusement bien son rôle. La réplique lui est donnée à la hauteur par Kerry Ellis, un autre grand nom du West End, déjà vue dans Les Misérables, Wicked et We Will Rock You. On reconnaît également Victoria Hamilton-Barritt qui nous avait déjà impressionné dans In The Heights au King's Cross Theatre.
murder-ballad-ramin-taille

Un livret et une musique très décevants

Une bonne distribution ne suffit pas malheureusement à faire d'un musical un bon spectacle. L'histoire est simple et déjà vue : l'histoire d'une femme qui a laissé son amant bad-boy et sexy au profit d'une relation plus conventionnelle avec un homme à la situation stable avec qui elle se mariera et fera des enfants, mais restera hantée par l'image du mauvais garçon aux abdos saillants. Il devrait être envisageable de faire un bon musical avec une histoire simple et déjà vue (qui sont souvent les plus efficaces) mais dans Murder Ballad, rien ne nous fait entrer dans la psychologie des personnages, le pourquoi des déceptions, de cette mélancolie qui hante les personnages, cette impossibilité d'aller de l'avant. Les scènes restent très factuelles et décrivent les entrevues des différents personnages avec une récurrence extrêmement lassante.

Qui plus est, la musique, qui là aussi pourrait nous aider à prendre de l'empathie et de la distance par rapport aux scènes purement descriptives, reste quasiment la même pendant toute la durée du spectacle. On reconnaît de nombreuses références à la musique de Jonathan Larson, mais sans en ressentir les nuances et la qualité d'écriture. Il s'agit plutôt là d'un concert de rock aux chansons toutes semblables.

On se balade avec un ennui mortel dans cette Murder Ballad où le seul lot de consolation est celui de voir Ramin Karimloo torse nu dans quasiment toutes les scènes où il intervient.

Murder Ballad
Au Arts Theatre London jusqu'au 3 décembre 2016
Réservation sur le site Arts Theatre
Avec : Ramin Karimloo, Kerry Ellis, Victoria Hamilton-Barritt, Norman Bowman.

Musique : Juliana Nash ; Livret : Julia Jordan

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.