Critique : “Alice” au Théâtre Clavel jusqu’au 26 juin

Depuis le 1er avril, le Théâtre Clavel propose à son affiche le spectacle musical Alice. Musical Avenue est allé découvrir cette nouvelle création qui offre de belles surprises. Devinez lesquelles ? Vous donnez votre langue au Chat ? La première réaction est bien entendu « Pourquoi encore un spectacle sur Alice au pays des Merveilles ? ». L’équipe de création et la troupe y répond en quelques points. 

De belles mélodies entraînantes

Ambiance jazzy et cuivrée, les pieds des spectateurs ne peuvent pas y résister et donnent le rythme ou suivent le tempo. On alterne entre de touchantes balades au piano et des orchestrations plus groovy. Le tout souligné par des paroles truffées de jeux de mots drôles et pleines de sagesse qui trouvent du sens à la fois pour les petits et pour les grands. On sent la volonté de s’approcher au plus près de l’univers de Broadway. C’est efficace car à la sortie, on a encore envie de swinguer au rythme du Pays des Merveilles.  

 

Des personnages loufoques et attachants

Au cours de son voyage, Alice (Marie Oppert) rencontre les personnages fous du Chat de Cheshire (Antonio Macipe), le Chapelier Fou (Hervé Lewandowski), le Lapin Blanc (Vincent Gilliéron), la Chenille (Véronique Hatat) et la Reine de Cœur (Julie Lemas). Des personnages tous aussi flamboyants les uns que les autres. De belles voix et de l’énergie à en revendre pour cette troupe qui nous entraîne dans la folie de leurs extravagants caractères. Parfois peut-être un peu trop, on ne sait plus où donner de la tête (or, c’est une partie du corps assez précieuse dans cet univers…).

Une touchante interprétation du conte

S’il y a bien quelqu’un qui l’a de bien vissée au corps, c’est Marie Oppert, cette jeune artiste de seize ans qui tient avec talent le rôle-titre de ce spectacle. Cette passionnée de comédies musicales à l’américaine a déjà, à son âge, foulé les planches du Théâtre du Châtelet (The Sound of Music, Street Scene) et son expérience au sein de la troupe d’Alice a confirmé son désir d’en faire son métier…quand elle sera plus grande ! Marie peut être patiente. Alice apprend au cours de son voyage que même lorsque l’on veut grandir vite et tout comprendre de la vie, il est important de savoir savourer les moments présents et ne pas avoir peur de prendre son temps. 
Dans ce monde contemporain qui fait de nous des gens pressés, c’est une dose de rappel dont on a toujours besoin… Même quand on est un grand. Une petite gorgée à base de swing et d’émotions à avaler sans modération. C’est d’ailleurs écrit sur la bouteille : « Bois-moi ».

 

Crédit photo : Stéphane P.

 


Alice

Théâtre Clavel
3 rue Clavel 75019 PARIS

Du 1er avril au 26 juin 2014
Les mardis et mercredis à 19H30

Produit par Julien Iscache
Mise en scène par Marina Pangos, assistée de Sarah Perahim
Musiques de Julien Goetz
T
extes de Nicolas Laustriat, Cécile Clavier et Patrick Bernard
Arrangements de Julien Goetz et Benjamin Landrot

Avec Marie Oppert, Antonio Macipe, Vincent Gilliéron, Véronique Hatat, Hervé Lewndowski, Julie Lemas 

0 réponses

  1. […] la lumière de la salle s'éteint, Marie Oppert (Les Parapluies de Cherbourg ; Alice) arrive à la grosse pomme, et dans sa valise, le public. Des étoiles plein les yeux, elle entame […]
  2. […] beau chemin parcouru par Alice, la comédie musicale depuis sa création en 2014 au Théâtre Clavel n'est pas prêt de s'arrêter. Lancé à l'origine avec Marie Oppert (prochainement à l'affiche […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.