Critique : “Ces années-là à Saint-Germain des Prés” au Lucernaire

Critique : "Ces années-là à Saint-Germain des Prés" au LucernaireCe spectacle créé il y a déjà quelques années est repris pour l’été au Lucernaire à Paris. Dominique Conte y interprète des chansons de l’après-guerre aux signatures prestigieuses comme celles de Boris Vian, Serge Gainsbourg, Jacques Prévert, Léo Ferré, et tant d’autres. Y avait-il pour autant prétexte à l’intituler "spectacle musical" comme annoncé sur les affiches ?

Car en effet le terme de "spectacle musical" [NDLR: qui, sans pour autant se prétendre du théâtre, suggère un minimum de dramaturgie et de mise en scène] est à la mode. Hors ici, sur scène, nous trouvons deux éléments de décor à cour et à jardin – un guéridon et un banc –, l’orchestre au fond de scène et l’interprète en avant-scène qui présente les morceaux qu’elle va chanter. De temps en temps, elle fait intervenir les musiciens pour une transition entre deux chansons. Vous l’aurez compris, nous sommes dans le schéma classique du récital de chansons.

Une fois qu’on le sait, reste à apprécier l’interprétation et le personnage de Dominique Conte. Habillée de noir, cheveux ébouriffés, voix rauque, diction trainante et une pointe d’accent titi-parisien, on décèle sans aucun mal l’influence d’une illustre figure de Saint-Germain : Juliette Gréco. Lorsque la chanteuse entonne "Jolie môme"  ou "Déshabillez-moi", cachée derrière un paravent en ombre chinoise, l’illusion semble parfaite

Le point fort du spectacle est sans aucun doute la musique. Tout d’abord, les arrangements musicaux de Frédéric Sans sont d’une richesse incontestable.  Le parti-pris d’emmener ces chansons vers un univers jazzy est tout à fait justifié par le thème. Cet univers est renforcé par la présence du groupe composé d’un guitariste, un violoniste et un percussionniste : d’excellents musiciens. Mention spéciale à Florian Satche qui, en plus de proposer toutes sortes de sons originaux destinés à enrichir ses percussions, sait communiquer son enthousiasme. On prend autant de plaisir à le regarder qu’il en retire à taper sur ses percussions.

Au final, on passe un bon moment mais on ne sait à qui conseiller ce spectacle. Le programme distribué à l’entrée de la salle comporte une partie écrite en anglais destinée aux touristes étrangers de passage dans la capitale. Même s’ils ne comprendront pas la teneur du propos, ils découvriront les chansons du patrimoine français ainsi que nos plus grands auteurs.


Ces années là à Saint-Germain des Près à partir de chansons de Serge Gainsbourg, Léo Ferré...

Tous les dimanches à 19h, jusqu’au 26 août.

Au Lucernaire
53 rue Notre-Dame des Champs
75006 Paris

Conçu et interprété par Dominique Conte

Avec la complicité artistique de : Véronique Bandelier et Rabah Aliouane
Arrangements Musicaux : Frédéric Sans ; Costumes : Irène Van Ryb
Guitare : Pierre Jarret ; Percussions : Florian Satche ; Violon : Théo Ceccaldi

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.