Critique : “Follies” au Marquis Theatre

Une production luxueuse, une distribution de rêve, une partition parfaite… Follies, la réflexion musicale de Stephen Sondheim sur le monde du spectacle et son caractère éphémère revient à Broadway avec Bernadette Peters et Elaine Paige.

La première de Follies a lieu à Broadway le 4 avril 1971 au Winter Garden Theatre. Alors que la musique et les paroles sont signés Stephen Sondheim, James Goldman a écrit le livret d’un des musicals les plus singuliers qu’ait connu Broadway. Dans un vieux théâtre, tous les artistes d’une revue – les Weismann Follies – se réunissent quelques 30 ans plus tard. Parmi eux, deux couples aux liens complexes. Les quatre protagonistes évoluent, hantés par les fantômes de leur passé alors que chacun revit son heure de gloire sur scène en recréant sa performance. Plutôt qu’une intrigue aux contours bien délimités, Follies est un prétexte pour esquisser le portrait nostalgique d’un milieu et d’une époque. En fil rouge, des numéros pastichant le vaudeville du début du XXe siècle pour mettre en exergue des thèmes chers à Sondheim comme les ravages du temps, la difficulté de choisir, entre remords et regrets.

Présenté dans un premier temps au Kennedy Center de Washington DC sous les louanges des critiques, ce transfert vers Broadway était un des plus attendus de la saison. Cette production, se voulant luxuriante, marque cependant quelques signes de faiblesse au niveau des décors, moins impressionnants que ne l’exige l’intrigue lors du fameux tableau "Loveland" occupant la quasi-totalité du deuxième acte. La direction d’Eric Schaeffer reste la plupart du temps très sobre. Les fantômes du passé, omniprésents sur scène, sont mis en lumière de façon tout à fait exceptionnelle. Les duo ou quatuor chantés entre les personnages et leur incarnation d’antan revêtent une qualité visuelle presque cinématographique.

Bernadette Peters, véritable star de Broadway et muse de Stephen Sondheim (elle a créé les rôles principaux de quelques uns des derniers chefs-d’œuvre du compositeur – NDLR : Sunday in the Park With George ; Into the Woods), tient le haut de l’affiche de cette version de Follies. Malheureusement, on la sent parfois un peu absente, presque en retrait. Paradoxalement, son interprétation de "Losing My Mind", point d’orgue du spectacle, semble totalement en accord avec le glissement progressif du personnage dans une sorte d’aliénation transie… Le personnage de Sally Durant n’est d’ailleurs pas le seul à sombrer dans la folie et chaque numéro du deuxième acte est l’occasion à la fois d’explorer la complexité des personnages et le talent de leur interprète respectif. "The God-Why-Don't-You-Love-Me Blues" (avec un Danny Burstein parfait), "The Story of Lucy and Jessie" (entourée de ses danseurs, Jan Maxwell est survoltée) et "Live, Laugh, Love" (une interprétation saisissante par Ron Raines) sont ainsi sans doute les numéros les plus aboutis et les plus réussis du spectacle. Dans le premier acte, on notera le superbe "Who’s That Woman?", un numéro collectif de claquettes où l’ancienne génération passe magnifiquement le relai à la nouvelle génération sous la main de maître de Terri White. Ainsi que le morceau de bravoure tout en subtilité d’Elaine Paige, qui délivre une version de "I’m Still Here" à la puissance grandissante.

Une reprise d’une telle qualité n’est pas chose commune à Broadway, il est donc de bon ton de la saluer, même si malheureusement la production n’est pas à la hauteur de l’extravagante vision qu’avait eu Harold Prince à l’origine. Peut-être l’œuvre elle-même est-elle hantée par l’ombre de son passé si prestigieux.

Site Internet : folliesbroadway.com


Follies, de Stephen Sondheim et James Goldman

Musique et paroles : Stephen Sondheim, Livret : James Goldman

Au Marquis Theatre, New York, Etats-Unis

Jusqu'au 22 janvier 2012

Mise en scène d'Eric Schaeffer, Chorégraphie : Warren Carlyle, Direction musicale : James Moore, Orchestrations : Jonathan Tunick, Décors : Derek McLane, Costumes : Gregg Barnes, Lumières : Natasha Katz, Son : Kai Harada, Coiffure et perruques : David Brian Brown, Maquillage : Joseph Dulude II

Avec : Bernadette Peters, Jan Maxwell, Danny Burstein, Ron Raines, Elaine Paige, Don Correia, Christian Delcroix, Rosalind Elias, Colleen Fitzpatricks, Lora Lee Gayer, Michael Hayes, Leah Horowitz, Jayne Houdyshell, Florence Lacey, Mary Beth Peil, David Sabin, Kristen Scott, Frederick Strother, Nick Verina, Susan Watson, Terri White

1 réponse

  1. Anonyme
    Electric avenue on www.eskort-me.be
  2. […] Sa dernière apparition sur les planches de Broadway était en 2012 dans le dernier ''revivals'' de Follies. On a également pu la voir dans la série Smash où elle interprétait la mère d'Ivy Linn (Megan […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.