Critique : “Rock of Ages” au Théâtre St-Denis de Montréal

Critique : "Rock of Ages" au Théâtre St-Denis de MontréalLe Théâtre St-Denis était en feu mardi soir pour la première montréalaise de cette comédie musicale inspirée de l’ambiance rock et fun des années 1980. Certains spectateurs avaient même revêtu un look tout droit sorti de cette décennie culte, ajoutant ainsi encore plus de pétillant à cette soirée déjà haute en couleur.

De Foreigner à Journey en passant par Twisted Sister et REO Speedwagon, la musique rock et glam metal des années 1980 est à l’honneur en ce moment à Montréal pour le plus grand plaisir des fans de cette époque flashy. Mais Rock of Ages est bien plus qu’une simple revue musicale de cette décennie à part. Certes, les tubes comme "I Want to Know What Love Is", "Can’t Fight This Feeling" ou "Any Way You Want It" sont au centre du spectacle et le public se déplace avant tout pour les réentendre. Quel plaisir d’ailleurs de redécouvrir ces succès, combinés à d’autres dans un même numéro, comme si on était propulsé 25 ans en arrière et qu’on assistait à un bon spectacle rock !

Les chansons emblématiques des années 1980 sont peut-être ce qui fait vendre Rock of Ages, mais elles ne constituent pas son unique charme. Les costumes, coiffures, décors et éclairages reprennent avec beaucoup de fidélité l’atmosphère de cette époque évoquant les vieux clips de Poison ou Pat Benatar. Quant à l’histoire, elle n’est pas très fouillée et est pleine de clichés, mais rappelle si bien les comédies romantiques à l'eau de rose de cette décennie. On suit essentiellement les déboires de la jeune Sherrie (Shannon Mullen) qui vient tenter sa chance à Hollywood où elle fait la connaissance de Drew (Dominique Scott), un aspirant chanteur travaillant au Bourbon Room.

Cette histoire d’amour naissante est aussi prétexte à nous faire rencontrer les autres personnages évoluant autour de ce club de Los Angeles, comme Lonny (Justin Colombo) qui travaille aux côtés du propriétaire et qui est le narrateur du spectacle. Contrairement au film qui vient d’en être tiré et dont la structure est assez différente dans son ensemble (chansons, personnages, numéros, etc.), la comédie musicale accorde en effet une très grande place à ce personnage hilarant et grossier qui nous rappelle bien qu’il ne faut pas prendre Rock of Ages au premier degré. L’autodérision est au centre de la comédie musicale qui est là pour amuser le public. L’énergie, la bonne humeur et la qualité musicale sont présentes du début à la fin, comme un gigantesque party, mené par une troupe qui se donne à fond et des musiciens qui ne quittent pas la scène. Soulignons à ce sujet la performance électrique de Dominique Scott dans le rôle de Drew avec sa voix aigüe pour le moins adaptée aux chansons des années 1980.

À l’image de l’indémodable "Don’t Stop Believin" qui clôt le spectacle en apothéose, Rock of Ages donne indéniablement la pêche, comme une bouffée d’espoir et de fraîcheur bien propre à cette époque révolue. À ne surtout pas rater jusqu’au 3 mars !

Crédit photos: Broadway Across Canada


Rock of Ages de Chris D’Arienzo (livret)

Du 26 février au 3 mars au Théâtre St-Denis de Montréal

Une Présentation d’evenko et Broadway Across Canada

Mise en scène : Kristin Hanggi ; Chorégraphies : Kelly Devine; Orchestrations : Ethan Popp ; Direction musicale : Darren Ledbetter.

Avec : Dominique Scott, Shannon Mullen, Justin Colombo, Universo Pereira, Jacob L. Smith, Stephen Michael Kane, Amma Osei, Phillip Peterson, Megan Mchugh, Judah Frank, Melanie L. Gaskins, Danielle Marie Gonzalez, Danny Mchugh, Joshua Hobbs, Jen Olivares, Chris Sams, Christie Schwartzman, Andrew Sklar.

Musiciens : Brandon Ethridge, Tristan Avakian, Maddox, Bones Elias, Tim Kelleher.
 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.