Critique : “The Sound of Musicals” au Barbican Theatre avec Ruthie Henshall en guest star

Critique : "The Sound of Musicals"C'est dans une salle pleine à craquer que le Barbican Theatre de Londres accueillait son premier concert du weekend de l'an 2010. Chaque année, un groupe de solistes du West End se rassemble pour une tournée de concerts intitulée "The Sound of Musicals" qui consiste en une revue des plus grands classiques du théâtre musical. Ruthie Henshall, Tim Howar, Deborah Myers et James Graeme étaient les invités de cette saison. Accompagnés par le prestigieux London Concert Orchestra, ils ont fait preuve de grand talent et de professionalisme pour conquérir le public malgré une acoustique absolument désastreuse.

Acte 1 : un véritable massacre pour les oreilles

Écouter les deux premières chansons étaient un véritable calvaire pour quiconque assistait au concert "The Sound of Musicals" le samedi 2 janvier dernier à 15h. Pourtant, c'est bien le London Concert Orchestra au grand complet qui se trouvait sur scène avec à leurs côtés des têtes bien connues du West End comme Ruthie Henshall (Chicago, Les Misérables) et James Graeme (qui a incarné à de multiples reprises le rôle titre du Phantom of the Opera). À en croire les grimaces de nos voisins, nous avons vite compris que le réglage du son n'était pas optimal et qu'il risquait de nous gâcher l'ensemble du concert. Bien connu pour son acoustique désastreuse, le Barbican Theatre n'est clairement pas fait pour un orchestre symphonique tant le son est amplifié, ce qui résultait ici en une véritable cacophonie. Incompréhensibles et totalement submergés par le son de l'orchestre, le groupe de solistes a ouvert tant bien que mal le concert avec "Another Opening, Another Show" de Kiss Me Kate et "Come Follow the Band" de Barnum, suivis par des applaudissements plus polis que sincères.

Fort heureusement, après un long discours de présentation du chef d'orchestre Richard Balcombe, les problèmes de son ont clairement été atténués pour le plus grand bonheur des spectateurs qui ont pu découvrir les excellents Tim Howar et Deborah Myers. Moins connus que Ruthie Henshall et James Graeme, ils ne sont pas pour autant des débutants : le premier a joué Marius dans Les Misérables et Roger dans Rent à Broadway et la seconde a créé le rôle d'Eliza Doolittle dans le remake de My Fair Lady à Londres.
C'est justement avec My Fair Lady qu'ils ont commencé la série des solos en interprétant respectivement "On the street where you live" et "I could have danced all night", laissant ensuite la scène à James Graeme pour "Lucky to be a lady tonight" de Guys and Dolls. Chaleureusement applaudie par le public, Ruthie Henshall a précisé lors de son retour sur scène que c'était la première fois qu'elle chantait au Barbican Theatre et n'a évidemment pas manqué de souligner que c'est ici même que Les Misérables s'est joué pour la première fois à Londres. Elle a subjugué le public avec un superbe "As long as he needs me" (Oliver!) suivi de "Don't rain on my parade" (Funny Girl).

Deborah Myers, James Graeme et Tim Howar se sont ensuite réunis pour enchaîner sur une sélection de West Side Story ("I feel pretty", "Something's Coming" et "Tonight") pas forcément mémorable. Le premier acte s'est clôturé par Les Misérables, avec une interprétation ratée de manière surprenante par Ruthie Henshall. Elle a chanté "I dreamed a dream" comme un robot avant de massacrer complètement "On my own". Heureusement, Tim Howar (la bonne surprise de ce concert, vous avez d'ailleurs peut-être eu la chance de le voir à Paris dans On the Town l'année dernière au Théâtre du Châtelet) a pris le relais et a sublimé "Empty chairs at empty tables", avant d'être rejoint sur scène par l'ensemble des interprètes pour un très beau final ("Do you hear the people sing?").

Acte 2 : le meilleur du West End en 45 minutes

Après un premier acte décevant, Ruthie Henshall s'est largement rattrapée en démontrant toute sa classe par l'intermédiaire d'un fabuleux "All that Jazz" (Chicago) et de magnifiques duos ("I knew him so well" de Chess avec Deborah Myers, "The last night of the world" de Miss Saigon avec Tim Howar, et un hilarant "Anything you can do" d'Annie get your gun avec James Graeme). Elle s'est néanmoins une fois encore fait voler la vedette par Tim Howar (qui est, pour la petite histoire, le père de ses enfants mais aussi son futur ex-mari) qui a excellé dans son interprétation de "Mr Cellophane" (Chicago).

La séquence consacrée à Phantom of the Opera était certainement l'une des plus réussies du concert avec notamment un émouvant "Music of the Night" interprété par James Graeme. Le concert "The Sound of Musicals" s'est terminé par un medley de Mamma Mia!, choix qui a eu le mérite d'enthousiasmer le public et de l'inciter à terminer la soirée par une standing ovation. C'était pourtant bien mal parti mais, au vu du deuxième acte, voilà qui était largement mérité...

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.