Dossier : “Je vais t’aimer” – Que pouvons-nous attendre d’une telle production ?

“Michel Sardou est à la variété française, ce que Mozart est à la musique classique !” Cette phrase culte dans le film “La Famille Bélier” fait écho à la présence de l’artiste dans le paysage musical depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne.

Le chanteur aux 100 millions de disques vendus est devenu un personnage emblématique. C’est pourquoi, s’attaquer à un monument de la chanson française tel que Michel Sardou ne semble pas chose aisée. Que peut-on attendre d’un tel spectacle ? Saura-t-il rendre hommage aux chansons emblématiques de l’artiste ? Retour sur les premiers secrets dévoilés de cette production qui s’annonce grandiose.

A l'origine de la création

Nous devons l’idée originale à deux hommes issus de l’univers de la radio : Roberto Ciurleo et Franck Montel, qui depuis quelques années se diversifient en devenant producteur de spectacles musicaux pour le premier : Robins des Bois, les 3 Mousquetaires, Saturday Night Fever, Bernadette de Lourdes et programmateur musical notamment de l'émission Danse avec les Stars en 2017 pour le second. A la mort de son père, Franck replonge dans ses souvenirs d’enfance dans lesquels les chansons de Michel Sardou sont au centre de la vie familiale ; il lui vient alors l’idée de monter un spectacle autour du répertoire de l’artiste, une façon personnelle de rendre hommage à sa filiation.

A cet instant, il ne se doute pas que Roberto Ciurleo a lui aussi été bercé par ces titres. Cela fait donc sens quand le projet lui est soumis et c’est avec une immense joie qu’il accepte de produire cette aventure.

La biographie du chanteur en musique ?

Ce n’est pas la première fois que les chansons d’un artiste servent de support à la création d’un spectacle musical. Souvenons-nous de Il était une fois ...Joe Dassin, Résiste, ou encore We will rock you mettant en scène les chansons de l’illustre Freddie Mercury et groupe Queen. Il en est de même pour Je vais t’aimer, annoncé comme un Mamma Mia à la française.

Il ne faudra donc pas s’attendre à voir l’histoire de Michel Sardou prendre vie sur scène. Il s’agit bien d’une création originale dans laquelle plusieurs personnages vont croiser leur chemin. Le récit débute le jour de l’inauguration du paquebot "Le France", sur lequel plusieurs protagonistes ont embarqué. Telle une saga, nous allons alors les suivre sur plusieurs décennies.

Une attente scénique

L’approche choisie par l’équipe créative devrait permettre d’assister à une belle production. Mais le défi à relever est grand. Outre la mise en place d’une histoire cohérente, capable de lier les personnages entre eux, il faudra composer avec une contrainte temporelle importante, puisqu’il est prévu que l’histoire se déroule sur une période de 40 ans, des années 1960 aux années 2000.  Les artistes devront user de tout leur talent pour interpréter leur personnage à différentes époques, mêlant changements de costumes et décors. Comme si cela ne suffisait pas, l’équipe créative prévoit de nous faire voyager sur plusieurs continents, du Havre à Marrakech en passant par New York.

Si tous les éléments sont présents pour créer un spectacle mémorable, il se pourrait tout autant que l’accumulation d’effets visuels et des décors nous empêchent au final, d’être emporté totalement dans la narration. La multiplicité des changements risque de ne pas permettre aux personnages de révéler leurs aspirations et sentiments, auxquels le spectateur pourrait se rattacher.

Un souhait musical

Nous attendons bien sûr d’entendre les airs incontournables de l’artiste, qui sont au cœur du projet, mais c’est bien une comédie musicale qui doit être présentée. Il ne s’agit donc pas d’un concert, l’équipe de production souhaite impérativement créer une histoire unique dans laquelle dialogues et chansons s’imbriquent parfaitement pour un déroulé narratif logique. Pour y parvenir, les tubes qui ont fait la carrière du chanteur ont déjà été sélectionnés pour le spectacle : Les lacs du Connemara, En Chantant, La maladie d’amour..., mais aussi des œuvres plus confidentielles sont annoncées comme intégrant l’histoire : Le prix d’un homme ou encore Mon fils.

Ce choix sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir la discographie d’un artiste qui a traversé les générations. Les créateurs ont pris soin de choisir les titres les plus pertinents pour développer les personnages sur scène, et magnifier l’histoire. Espérons que les musiques s'ancrent parfaitement dans l’intrigue, et qu’il ne s’agisse pas d’une simple suite de chansons. Cela a pu être la faiblesse de précédents spectacles : le manque de crédibilité dans l’évolution des personnages.

Une interprétation au service du spectacle

Il ne suffira pas d’enchainer les airs iconiques pour emporter l’adhésion du public. Le répertoire choisi recèle d'incroyables difficultés vocales. Michel Sardou, qui est parfois moqué pour son interprétation minimaliste sur scène, est un artiste d’une redoutable complexité. Il faudra donc des candidats accomplis pour relever ce challenge.

C’est la tâche à laquelle s'attelle actuellement le directeur de casting, avec la reprise des auditions à Lille depuis début janvier.  De nouveaux artistes viendront donc rejoindre ceux déjà dévoilés, à savoir Tony Bredelet (Star Academy saison 9 - The Voice) et Boris Bardé (également aperçu dans The Voice et en première partie des concerts de Pascal Obispo et Claudio Capéo entre autres).  Leur présence nous laisse présager de belles surprises pour laisser vivre les réappropriations musicales.

La rencontre des talents et des énergies

Ce spectacle réunit ainsi tous les ingrédients pour s’apparenter à une super-production, avec pas moins de 17 artistes sur scène.  L’équipe créative (Serge Denoncourt et Stéphane Roy, collaborant tous deux avec le Cirque du Soleil, et Nicolas Vaudelet à la conception des costumes), peut également s’enorgueillir d’une solide expérience pour accompagner un tel projet.

Michel Sardou fait partie de l’inconscient collectif. Critiqué ou adoré, il réunit malgré tout les générations. Le spectacle promet donc de recréer ce lien, de réveiller en chacun d’entre nous des souvenirs, des rires et des airs fredonnés durant l’enfance.  Nous sommes impatients de découvrir les partis pris de la production, espérant qu’ils permettent de sublimer une œuvre déjà intemporelle.

En l’état d’avancement du projet, il n’y a aucune raison pour ne pas croire en ce spectacle, qui se jouera d’abord dans plusieurs villes de province (dès le mois d’octobre à Lille) avant de venir s’installer à Paris à partir du mois de mai 2022. Les réservations sont déjà ouvertes, pour assister à ce qui promet d’être un des évènements majeurs de la prochaine saison.


Je vais t'aimer

En tournée en France à partir d’octobre 2021 et à Paris à la Seine Musicale à partir de mai 2022

Producteur : Roberto CIURLEO, Franck MONTEL

Auteur et metteur en scène: Serge DENONCOURT ; Scénographie : Stéphane Roy ; Scénographie vidéo : CUTBAC LIVE ; Costumes : Nicolas VAUDELET ; Directeur de casting : Bruno BERBERES

Avec Boris BARBÉ ; Tony BREDELET

1 réponse

  1. Plutofou
    Trop hâte de voir ce spectacle. L'envie est là.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.