Compte-rendu : “Cabaret Alice” (lecture dans le cadre des Découvertes Diva)

Vendredi 5 et samedi 6 juin 2009 à la Péniche Opéra dans le 19e arrondissement à Paris, se sont tenues les lectures de Cabaret Alice. Une "fantaisie burlesque et musicale" absurde d'après le conte de Lewis Carroll, mise en musique par Françoise-Franca Cuomo, Aurore-Voahanguy Coriton et Cyril Trochu.

Si le spectacteur est un peu perdu dans l'univers poético-abstrait dessiné par ces cinq comédiens-chanteurs, c'est tout à fait normal. Avec de superbes airs interpretés autant en français qu'en anglais, nous est conté le fabuleux rêve de cette petite Alice, 7 ans et demi. A grand renfort d'inventivités scéniques, ce subtil mélange de music-hall et de chansons à texte (reprenant les vers du conteur anglais) emmène le spectacteur qui se laisse emporter dans un tourbillon d'émotions.

Le travail de Françoise-Franca Cuomo, à la plume et dans le rôle d'Alice, est remarquable. Pour la musique de scène, elle est aidée d'Aurore-Voahangy Coriton et de Cyril Trochu, tous deux également sur scène, respectivement au piano/claviers/percussions et à l'accordéon et diverses percussions. La pianiste rythme ce spectacle d'une heure et quelques minutes grâce à une énergie et un accompagnement sonore très inventif de l'action. L'accordéoniste malvoyant, de son côté, apporte une sensibilité supplémentaire, notamment avec des interventions vocales surprenantes teintées d'humour.

Franck Lacroix et Christophe Martaud incarnent à tour de rôle les divers personnages rencontrés par Alice au cours de son épopée : le Chat du Cheshire, le Chapelier Fou, le Lièvre de Mars, le Roi de Cœur, Tweedledum & Tweedledee, Humpty Dumpty, etc. Des personnages d'Alice au Pays des Merveilles (1865) et sa suite De l'Autre Côté du Miroir (1871) qui font quasiment partie de l'inconscient collectif. D'ailleurs il est sûrement préférable de connaître auparavant les grandes lignes du conte car, sans être confus, le récit ne s'encombre guère d'une structure narrative claire. C'est là son charme, mais c'est aussi une prise de risque car une partie du public peut se sentir abandonnée dans les méandres de cette interprétation laissant libre cours à l'imagination du spectateur.

On a hâte de voir ce spectacle grandir mais la présentation lors des Découvertes Diva donne un très bel aperçu du potentiel poétique et imaginatif des auteurs et interprètes associés au projet. Un musical pour un public qui accepte de se suivre Alice dans la chute vertigineuse du terrier du lapin blanc.

Cabaret Alice est une production de la compagnie La Machinerie (www.lamachinerie.fr)

Crédits Photo : Sophie Dussaussoy

Toutes les actus et les comptes-rendus sur notre page dédiée aux Découvertes Diva 2009.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.