Compte-rendu : “Cauchemar à Venise” (lecture dans le cadre des Découvertes Diva)

Compte-rendu : "Cauchemar à Venise" (lecture dans le cadre des Découvertes Diva)Place à la deuxième lecture des découvertes Diva 2009 qui a eu lieu hier soir au Théâtre du Petit Saint-Martin. Jean-Luc Annaix et Michel Arbatz présentaient Cauchemar à Venise, un polar musical et burlesque rythmé par la musique d'Antonio Vivaldi.

La deuxième journée des découvertes Diva a permis à un public enthousiaste de découvrir Cauchemar à Venise, un polar musical et burlesque, au Théâtre du Petit Saint-Martin. Cette oeuvre musicale a été présentée par ses deux créateurs : Jean-Luc Annaix et Michel Arbatz, qui n'ont pas encore trouvé de comédiens pour faire vivre leur texte. Le spectacle entier doit en principe durer plus de deux heures, c'est pourquoi les compositeurs ont choisi - faute de temps - de sélectionner des moments clefs et de les entrecouper avec de dialogues de transition.

Jean-Luc Annaix et Michel Arbatz dans "Cauchemar à Venise"L'histoire se déroule entre 1710 et 1720, principalement à la Piéta (un des quatre hospices de Venise). La Dona Priora (Mère Sainte) organise un grand spectacle où de grandes personnalités sont invitées. Elle demande alors à Antonio Vivaldi de composer ses "4 saisons". Cette fête est l'occasion rêvée pour les deux malfrats Aldo et Lucio (cousin éloigné de Vivaldi qui a une très grande ressemblance avec celui-ci) de voler de l'argent mais également de kidnapper la soeur Alma, une jeune cantatrice prometteuse.

De son côté, la sublime chanteuse, considérée comme "la Perla de la Piéta", veut profiter de cet évènement pour s'évader en direction de Vérone avec son amant : le frère William (grand serviteur de Vivaldi). L'enlèvement de la Diva pousse le célèbre inspecteur Goldone à mener une enquête pleine de rebondissements, au rythme de la musique du célèbre compositeur italien.

L'originalité de ce spectacle réside dans son écriture en trois langues : l'anglais (langue maternelle du frère William), le français et l'italien. Plein de fraîcheur et parsemé d'humour, ce vaudeville bien ficelé a rencontré son public, désireux de connaître la suite. Sans surprise, le dénouement de Cauchemar à Venise n'a pas été dévoilé lors de la lecture qui, nous l'espérons, permettra à ses auteurs de trouver un théâtre pour présenter leur oeuvre dans son intégralité.

Toutes les actus et les comptes-rendus sur notre page dédiée aux Découvertes Diva 2009.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.