Compte-rendu du Festival du Printemps des Arts de Paris, deuxième !

Le Festival du Printemps des Arts de Paris, 2ème édition, s'est clôturé hier soir au Vingtième Théâtre au cours d'un soirée de remise de prix avec, entre autres, le décernement du prix de la "Meilleure Création Musicale".

Musical Avenue vous avait annoncé la programmation et a pu découvrir, pendant la quinzaine, certains spectacles musicaux en compétition ainsi qu'assister, lors de la cérémonie de remise de prix au spectacle de clôture So in Love.
 

Les Eternelles

Jolie fable courte sur deux sœurs stars de l'opérette qui se retrouvent enfermées dans un théâtre à la fin d'une représentation suite à une énième dispute. Une voix mystérieuse, presque surnaturelle, leur annonce, de manière énigmatique, que la clé de leur libération se trouve dans leur réconciliation. Les deux artistes mêlent lyrisme et humour à un beau message de sororité quand bien même leur aventure se révèlent, avec malice, être un canular de leur entourage professionnel pour les emmener à continuer leur tournée ensemble. On regrette juste la petite vidéo de fin "Amélie Poulainesque" du tour du monde des deux stars quand le spectacle aurait très bien pu se terminer sur l'effet amusant de la révélation aux protagonistes du canular. 
 

En Tournée

Le spectacle raconte les aventures d'un joli trio de chanteuses bien décidées à plaquer leur producteur et à partir sur les routes afin de faire les choses à leur manière. Leur parcours initiatique est parsemé de drôles de malentendus artistiques que les trois artistes interprètent dans de belles harmonies de "You can drive a person crazy" de Company, à "Highway to Hell" d'AC-DC en passant par "Single Ladies" de Beyoncé (en espagnol s'il vous plaît !) et sans oublier un joli final sur "Big Up" de Diam's, et oui. Bravo à l'écriture, aux arrangements et à la mise en scène qui a pu assembler des numéros plutôt disparates dans un bel ensemble harmonieux qui raconte avec subtilité et simplicité les aléas de l'artiste et de l'amitié.
Le spectacle a d'ailleurs reçu, des mains de Lisandro Nesis (Ordinary Days), le prix Tennessee Williams de la "Meilleure création musicale" lors de la soirée de clôture et l'équipe a eu l'agréable surprise de s'être vu proposée une programmation au cycle de "Broadway au Carré", dirigé par Lisandro, à la rentrée prochaine. 
 

So In Love

La cérémonie de clôture du festival a démarré en beauté avec la présentation de la comédie musicale policière écrite et mise en scène par Emmanuel Suarez avec des musiques de Cole Porter, Irving Berlin et George Gershwin et des musiques originales de Raphael Sanchez  et Rémi Toulon. C'était une panoplie de talentueuses suspectes dans l'enquête sur le meurtre d'une star hollywoodienne masculine. La mise en scène rendait hommage au genre du film noir avec sobriété, style et classe dans le respect de la touche glamour et vintage des années de l'âge d'or d'Hollywood. Enfin un spectacle qui n'a pas eu peur des silences, de laisser monter les tensions dramatiques, qui a su prendre le temps d'installer le suspens. Le texte était juste dans la profondeur de certains dialogues qui dépeignent avec dureté ce monde des paillettes, et ponctué d'humour pour s'en moquer également. D'émouvantes reprises mélangées à de belles musiques originales, qui loin d'étouffer l'histoire comme souvent, la mettaient savamment en valeur pour en arriver à la révélation du coupable inattendu. Pour finir sur une reprise de "So in Love" dans une harmonie originale et si intense qu'elle en a donné des frissons. Bravo à tous les interprètes qui ont donné envie d'espérer de revoir ce spectacle bientôt à l'affiche.

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.