Compte-rendu : “The Drowsy Chaperone”, dans le Off West End de Londres, au Upstairs at the Gatehouse

Le Off West End de Londres (dont nous avons déjà parlé dans nos colonnes) est particulièrement florissant, comme en témoignent les succès critiques de Bells Are Ringing, Me And Juliet et plus particulièrement The Drowsy Chaperone. Ce spectacle, originaire du Canada, fit les beaux soirs de Broadway en 2006 raflant plusieurs Tony Awards (meilleure musique pour Bob Martin et Don McKellar, et meilleur livret pour Lisa Lambert et Greg Morrison).

Transféré dans un premier temps dans le West End au Novello Theatre en 2007, avec Elaine Paige en tête d’affiche, cette délicieuse reprise des musicals des années 1920 fut un échec, fermant prématurément au bout de quelques semaines. La nouvelle version de 2010 s'est joué du 24 septembre au 31 octobre 2010, produite par Ovation Theatre au Upstairs At The Gatehouse (officiellement le théâtre le plus élevé de Londres, au premier étage d’un pub, situé au nord de la ville, à 446 pieds – 136 mètres – au-dessus de niveau de la mer) et a permi de donner une seconde chance à ce musical plein d’humour.

Un casting parfait mené par Siobhan McCarthy dans le rôle de la chaperonne éméchée, Michail Howe dans celui d’Aldolpho, l’irrésistible Ashley Day, jeune premier, et la délicieuse Amy Diamond. Cette distribution donne une nouvelle vie à ce musical à la fois naïf et parodique, voire cynique, à travers le personnage de l’homme sur la chaise, un narrateur interprété par Mathew Lloyd Davies, qui donne vie à tous les autres personnages, partageant ainsi sa passion pour les musicales des années 1920. Mise en scène impeccable de Racky Plews et chorégraphie inventive de Fabian Aloise, tout contribue à faire de cette première version fringe de The Drowsy Chaperone une réussie totale.

Pourquoi de telles productions se jouent-elles si peu de temps, me suis-je demandé, vu la qualité et le succès de ces spectacles se jouant généralement à guichet fermé dans des salles contenant très peu de personnes ? La réponse est d’ordre économique. Ces acteurs participant à ces productions sont des professionnels de très haut niveau qui ont très peu de rémunération, ils sont là par passion. Le transfert dans des théâtres du West End n’est pas toujours une solution, car même A Little Night Music et Sweet Charity ont survécu difficilement dans le centre après leurs triomphes à la Menier Chocolate Factory.

1 réponse

  1. Le commentaire est un petit peu dur.... Les spectacle du Menier Chocolate Factory ont été beaucoup joué par après... 'La Cage aux folles' a tenu un an dans le West End (Savoy Theatre puis Playhouse). A Little Night Music a été un triomphe mondial (presque 8 mois à Broadway alors que l'original avait tenu moins longtemps lors de la création). Et enfin, pour Sweet Charity, le spectacle a tenu denombreux mois ce qui fait quelques centaines de milliers de psectateurs, tout de même. Ce qui n'est pas rien pour un spectacle créé dans un théâtree d'une centaine de places. Sans parler des transferts de 'Shirley Valentine' (etc) au Trafalgar Studio, ... Ou sinon, continuez . Enfin des commentaires en français sur le monde des musicals qui sont plein d'intérêt.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.