En images : Un soir au Casino de Paris ou les répétitions de “Mistinguett, Reine des Années Folles”

En images : Un soir au Casino de Paris pour les répétitions de "Mistinguett"Jeudi dernier, Musical Avenue a eu le privilège d'être invité au Casino de Paris pour assister aux dernières répétitions du spectacle Mistinguett, Reine des Années Folles, qui ouvre ses portes le 18 septembre prochain. Compte-rendu de cette visite dans les coulisses du spectacle de la rentrée. 

Lorsque nous pénétrons la porte "Entrée des artistes" du Casino de Paris, nous pouvons déjà entendre un peu plus loin, quelques-unes des notes du titre "Valse la chance". Patrice Maktav, l'interprète de la chanson, est encore au travail et tout le monde s'affaire à peaufiner le tableau de ce morceau. Micro à la main, c'est le metteur en scène François Chouquet, qui coordonne ce petit monde et, entre de nombreux aller-retours de la scène à la régie, donne ses consignes.

François Chouquet, le metteur en scène, en plein travail avec Carmen Maria Vega et Patrice Maktav.

Les danseurs marquent leur pas, les chanteurs et les ensembles fredonnent leurs chansons, les doublures répètent dans leur coin… Entre calage technique minutieux des lumières, nouveaux marquages au sol et placement de chacun des artistes dans l'espace scénique, les techniciens, machinistes et assistantes courent dans tous les sens.

C'est ici un travail de fourmi, de longue haleine, de précision dans les détails qui se joue devant nous. Un travail qui exige patience et rigueur. Ce dont semble faire preuve toute l'équipe de la troupe de Mistinguett.

On a la chance de pouvoir avoir un aperçu des décors, des costumes et de quelques pas de chorégraphie. On écoute des morceaux en exclusivité qui ne figuraient pas sur l'album sorti en juin dernier. On nous annonce d'ailleurs la sortie prochaine de l'album intégral du spectacle.

Avant de commencer un dernier filage pour finir cette longue journée de répétitions, François Chouquet réunit son équipe. L'occasion de faire le point sur le calage des répliques, des derniers conseils d'interprétation, de nouvelles directives aux équipes techniques… On le sent tellement passionné, il semble galvaniser la troupe. 

Bien que le spectacle ouvre ses portes dans une semaine, l'ambiance est aux rires et à l'optimisme. Cyril Romoli, l'un des artistes de la troupe qui interprète Jacques Charles, le metteur en scène des revues de la Miss, nous confie face à la première qui s'approche à grand pas : "Le capitaine [François Chouquet] est un bon capitaine, alors nous ne sommes pas inquiet. On sait qu'il sait là où il veut nous amener".

Mathilde Ollivier (qui interprète le rôle de Marie) prend quelques instants pour régler son micro-casque avant d'attaquer le filage de l'acte 1.

Les lumières de la salle s'éteignent, on lance le filage de la première partie du spectacle (Le filage est une répétition pendant laquelle, on joue le spectacle sans interruption. Le metteur en scène attend la fin pour faire des retours, ndlr.). La structure du récit est bien construite et les chansons s'y intègrent harmonieusement. Malgré la fatigue, les artistes donnent tous ce qu'ils ont et nous laissent entrevoir, on en est "con-vain-cu", un avant-goût de ce qui s'annonce un grand succès dans quelques jours…

Crédits photo: Benoît Tourné pour Musical Avenue


Mistinguett, Reine des Années Folles de Jacques Pessis, François Chouquet et Ludovic Alexandre Vidal.
 
Du 18 septembre au 4 janvier 2015
 
Au Casino de Paris
16 rue de Clichy,
75009 Paris
 
En tournée en France et Belgique à partir de 2015
 

Composition des chansons originales : Jean-Pierre Pilot & William Rousseau

Paroles : Vincent Baguian
 
Mise en scène : François Chouquet
Chorégraphie : Guillaume Bordier

Costumes : Frédéric Olivier.
Décors : Bernard Arnoult
 
Avec Carmen Maria Vega, Fabian Richard, Cyril Romoli, Grégory Benchenafi, Patrice Maktav, Mathilde Ollivier
 

Réservation dans les points de vente habituels.

2 réponses

  1. Laurent CAMUS
    Il est bien dommage qu'il n'y est pas un orchestre pour accompagner ce spectacle. Même reduit, il donnerai une autre dimension car les bande sons n'ont aucun interet.
  2. Julien
    J'aurai aimé pouvoir dire du bien de ce spectacle, mais, hélas, on reste toujours au niveau (très) médiocre du "musical made in France"... Les artistes font ce qu'ils peuvent sur scène, mais quand on a rien à défendre niveau texte, même avec toute la meilleure énergie déployée, c'est difficile... Sans compter l'horrible sonorisation qui fait qu'on ne comprend pas la moitié de ce que les interprètes chantent... La première partie est longue (1h30) et l'action tarde à se mettre en place, la deuxième partie, bien que plus courte, paraît interminable tellement les tableaux et chansons inutiles s'éternisent (ne parlons même pas de la ridicule scène du "sabotage"!)... C. Maria Vega se démène de son mieux et porte le spectacle sur ses épaules mais elle joue toujours sur le même registre (celui de F. Foresti) et le costumier ne doit pas vraiment l'aimer pour l'avoir affublée de cette horrible gaine peu flatteuse! Le seul qui s'en sorte honorablement est F. Richard, mais il reste très en dessous de sa superbe prestation dans Cabaret... Dommage que tant d'énergie et de talents (car je reste persuadé qu'il y en a dans cette troupe) soient si mal exploités par des chansons niaises, une histoire mal ficelée, et des choix de mise en scène hasardeux... Les seuls bons points: - Quelques vrais musiciens font de rares apparitions sur scène mais malheureusement ils restent anecdotiques et sont presque toujours perdus dans la bande son enregistrée. - Le Casino de Paris est un vrai théâtre bien plus agréable que le Palais des Sports et autres salles type Zénith, mais il y fait une véritable chaleur de fournaise et l'assise devient rapidement inconfortable... Pour ma part je resterai fidèles aux productions du Châtelet et de Mogador!

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.