Les Divalala de retour avec “Femme, Femme, Femme” au Théâtre Lepic de Paris à partir du 20 Mars

Après avoir enchanté la capitale à de nombreuses reprises ainsi que plusieurs villes de France, les Divalala sont de retour pour offrir aux retardataires leur dernier spectacle Femme Femme Femme.

Un rappel en chanson

Les Divalala ont commencé à se faire connaître il y a maintenant plus de 4 ans avec leur premier spectacle Chansons d'amour traficotées. Récital majoritairement a cappella accompagné d'instruments parfois improbables (valise, crapaud, maracas, clés...), elles racontaient en chansons le parcours amoureux d'une femme, des premiers émois en passant par l'amour passion, la trahison ou encore la solitude. Avec un répertoire reprenant de façon décalée Johnny Hallyday, Alizée, Céline Dion ou encore Jacques Brel, ce trio de femmes fatales habituées de la scène (Coups de foudre ; Un Violon sur le Toit ; L'Opéra de quat'sous) avait déjà trouvé un public à l'époque. Dépoussiérant avec brio des standards éclectiques de la variété française et internationale, les Divalala sont de retour pour proposer à nouveau leur dernier spectacle Femme, Femme, Femme.

Grâce à une mise en scène soignée et des arrangements vocaux d'une finesse rare, les Divalala proposent une revue originale, décalée et indispensable à tout amateur de musique. Si vous n'avez pas eu la chance de les applaudir ces dernières années, elles vous font le plaisir de revenir pour 8 dates parisiennes au Théâtre Lepic les mercredis et jeudis à 21h du 20 mars au 11 avril 2019.

Retrouvez la bande-annonce du spectacle "Femme Femme Femme" :


DivalalaLes Divalala : Femme Femme Femme

Du 20 mars au 11 avril à 21h

Au Théâtre Trévise
1 Avenue Junot 75018

Mise en scène : Freddy Viau ; Orchestration vocale : Raphaël Callendreau ; Chorégraphie : Cathy Arondel ; Son : Olivier Coquelin ; Mise en lumière : James Groguelin ; Scénographie : Nicolas De Ferran ; Costumes et coiffures : MonMarin

Avec : Gabrielle Laurens, Angélique Fridblatt, Marion Lépine

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.