Critique : "BurlesK" à la Divine Comédie

Elles rêvaient des Folies Bergères pour faire un « show » digne de Las Vegas, elles devront se contenter d’une salle plus… intimiste. Mais rien n’empêchera les Demoiselles du K-barré de tout donner dans leur nouvelle revue, BurlesK !

Nous avions eu le plaisir de découvrir le collectif Les Demoiselles du K-barré il y a cinq ans, déjà, dans la petite salle des Feux de la rampe. Bien des choses ont changé depuis, les Feux de la rampe sont devenus la Divine Comédie et nos chères demoiselles sont passées de la petite salle à la grande pour nous proposer un nouveau spectacle.

Un spectacle drôle et culotté

L’histoire est simple, les trois artistes se rendent compte que la salle qu’elles prenaient pour un studio de répétition est en fait la scène sur laquelle elles vont devoir faire le spectacle. Ce fil conducteur n’est évidemment qu’un prétexte pour enchaîner les numéros d’effeuillage. Les tableaux se suivent mais ne se ressemblent pas, tour à tour impressionnants, langoureux, dynamiques ou même grivois. Le spectacle a bien mérité son sous-titre de « drôle et culotté ! ».

Car oui, en plus d’être magnifiques et de faire tourner leurs caches tétons avec un aplomb déconcertant (honnêtement, on devrait tou.te.s avoir confiance en soi comme elles ont confiance en l’adhésif de leurs caches tétons), ces Demoiselles sont également très drôles. Pauline Uzan, alias Poupoupidou, qui est également l’autrice et la metteuse en scène du spectacle, donne le ton dès le début dans son rôle de maîtresse de cérémonie. Elle a cette autorité naturelle et l’humour ravageur qui fait qu’elle se met immédiatement le public dans la poche. Ses comparses ne sont pas en reste. Roxane Merlin, alias Lady Roxy, fait mouche avec son personnage plus décalé et nous gratifie d’une prestation vocale truculente, et Vanessa Ghersinick, alias Vanilla Spice, nous subjugue par sa danse et son charme.

Malgré quelques blagues étirées plus qu’elles ne devraient l’être, on ne voit pas le temps passer tant on en prend plein les yeux. Une heure et quart de rires et paillettes (beaucoup de paillettes) qui nous font « graouter » et « wouwouter ». (Prévoyez de vous échauffer la voix avant de venir, le public est particulièrement sollicité vocalement) Un spectacle léger et décomplexant, qui donne envie de sourire et de se rouler dans des paillettes (oui on aime bien les paillettes. Et si vous avez envie de vous initier à l’art de l’effeuillage, sachez que les Demoiselles proposent des ateliers d’initiation, plus d’informations sur leur site internet.

BurlesK, par les Demoiselles du K-Barré
Romain Lambert

Romain Lambert

Membre de Musical Avenue depuis juin 2012, je suis passionné bien évidemment de comédies musicales mais aussi de ballets. Je passe la majorité de mes soirées entre l'Opéra Garnier, Bastille et le Théâtre du Châtelet. Je voue un véritable culte a Stephen Sondheim et j'essaye de chanter "Glitter and be Gay" sous la douche.
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOS PODCASTS

Retrouvez tous nos épisodes de "Musical Avenue, le Podcast" ! Infos, anecdotes, rires ou coups de gueule sont au rendez-vous de ce nouveau format lancé en mai 2022

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !