Critique : Les Wonderbiches présentent « L'Oubliée du cimetière de Greenwood »

La jeune troupe des Wonderbiches présente des projets théâtraux et musicaux sur la scène parisienne et avignonnaise depuis 2018. Après Broadway, Crimes et Botanique, nous découvrons l’Oubliée du cimetière de Greenwood, manifeste sur l’enfance qui s’en va et le deuil s’y associant. Retour sur un spectacle au sujet prometteur et ambitieux qui dans l’ensemble, tient ses promesses.

La troupe des Wonderbiches est un collectif de passionnés de théâtre et de comédies musicales. Ils s’attachent à donner vie à des personnages importants dans un cadre émotionnel le plus vivant possible. La musique est donc l’outil parfait d’expression pour servir leur proposition puissante et libérer les émotions du récit. Aussi, la compagnie porte un engagement féministe fort passant par une forte implication des femmes aux postes à responsabilité au sein de la troupe et par la représentation de personnages féminins de caractère. L’Oubliée du cimetière de Greenwood n’échappe pas à leur tradition.

Il était une fois dans le cimetière de Greenwood en Illinois, une jeune fossoyeuse solitaire au nom de Julie Adams. Quand elle ne travaille pas, le cinéma est son refuge. Volontairement, elle s’est éloignée de ses proches mais a trouvé dans les morts qui ont élu domicile dans le cimetière, ses nouveaux amis. Les jumeaux Peggy et Marlon Sawyer, le Général Loveland, ancien combattant de la guerre de sécession et Moon Cameron, une jeune aviatrice vivent entièrement à travers les récits de Julie. Leur quotidien bien ficelé est remis en cause quand un entrepreneur veut racheter le terrain sur lequel est bâti leur maison et par l’arrivée de Mary-Elise, une jeune photographe.

L’histoire nous embarque très rapidement. Quand le premier acte célèbre la mort sous un ton plutôt joyeux et léger, le second acte est emprunt d’une nostalgie assez troublante ramenant au centre de l’action la thématique première de la pièce : la peur de se projeter dans l’avenir et de l’abandon. Bien que la seconde partie du récit puisse manquer de puissance et de pertinence, l’accroche de l’histoire et l’écriture réussie de la première partie attisent notre curiosité et notre envie de découverte : Julie Adams arrivera-t-elle à se libérer de ses peurs et acceptera-t-elle de vivre réellement ?

Les Wonderbiches traitent d’un thème qui leur est cher, celui du passage de l’enfance à l’âge adulte et des choix que nous devons faire. Le sujet assez sérieux est contrebalancé par la poésie d’un univers fantasmagorique très présent. Les décors sont une jolie réussite donnant vie au cimetière qui se transforme en personnage à part entière aux grés des jeux de lumières bien utilisés. Côté mise en scène, la recherche d’une certaine vérité vient pondérer l’intrigue surnaturelle. Certains passages sont moins convaincants que d’autres mais l’intrigue musicale apporte un vrai plus à la pièce.

L’Oubliée du cimetière de Greenwood est une comédie romantique théâtrale qui se transforme le temps d’une rêverie en comédie musicale. La musique s’invite dans le récit de Renaud Besse-Bourdier et ce n’est pas pour nous déplaire, bien au contraire. Elle intervient habilement pour dénouer des situations ou révéler des émotions trop fortes. C’est pourquoi, comme toute comédie musicale qui se respecte, la musique remplace les longs discours. Le choix des tonalités irlandaises est judicieux appuyant l’imaginaire de la pièce. Les balades à la guitare animent positivement et émotionnellement la pièce. Il aurait été intéressant de plus insister sur ces éléments musicaux qui sont très réussis et qui auraient apporté encore plus de rythme au spectacle.

Nous avons passé un agréable moment autour d’une thématique alléchante dont nous soulignons l’originalité et l’intérêt procuré. La présence musicale amène du rythme et donne de la matière lorsque c’est nécessaire. La feuille de route est remplie dans l’ensemble. Le théâtre Pixel leur ouvrent les portes pour 3 nouvelles dates et ça serait dommage de ne pas en profiter.

Pour découvrir leur univers, achat de places, par ici


L’oubliée du cimetière de Greenwood

Au Théâtre Pixel – 18, Rue Championnet – 750018

Les 12, 19 et 26 avril 2022   

Comédie romantique et musicale de Renaud Besse-Bourdier

Avec : Renaud Besse-Bourdier, Sacha Pichol, Cécile Parichet, Lili Dubois et Romane Noulé en alternance, Guillaume Guilvard et Paul Séna en alternance

Mise en scène : Cécile Parichet ; Décors : Paul Séna ; Chorégraphies : Lili Dubois

L’oubliée du cimetière de Greenwood
Eve-Marie Leroy

Eve-Marie Leroy

Enfant d’une mère passionnée de films musicaux et d’un père amateur de jazz et d’opéra, je ne pouvais que tomber dans la marmite des comédies musicales. Cela fait 30 ans que Mary Poppins est entrée dans ma vie et depuis, je jongle entre les classiques de Broadway mêlant claquettes et chapeaux haut de forme et les propositions plus avant-gardistes. Grande admiratrice d’Andrew Lloyd Webber dans un corps de Responsable Ressources Humaines, MusicalAvenue est l’occasion pour moi d’intégrer une troupe de passionnés de cette belle discipline qu’est le Musical
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !