Critique : “Sweeney Todd” au Théâtre 2.21 à Lausanne (Suisse)

[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_heading]
Le barbier diabolique de Fleet Street a installé son salon à Lausanne en mai dernier. Le Collectif Sondheim y a en effet proposé son interprétation de la tragédie musicale dans le cadre du « Printemps Sondheim ». Les tourtes de Mrs Lovett ont-elles le même goût à la sauce helvétique ?

[/mp_heading]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_heading]
Sweeney Todd s’est principalement fait connaître en France grâce au film sombre de Tim Burton sorti sur les écrans en 2007, avec Johnny Depp dans le rôle principal. Mais au départ, ce fut l’une des œuvres majeures du compositeur Stephen Sondheim (Company ; Into the Woods…). Son intrigue effrayante a initié le genre du “thriller musical” à Broadway à son ouverture en 1979 : au milieu XIXe siècle à Londres, le barbier fou Sweeney Todd tient un salon au-dessus de la taverne miteuse de Mrs Lovett. Le couple de criminels s’associe pour monter la plus juteuse des affaires ; lui tranche la gorge de ses clients isolés, elle cuisine des tourtes pour ses clients avec la chair des victimes.
Récompensé d’un Tony Awards de la meilleure comédie musicale, Sweeney Todd est un savoureux mélange d’humour noir et de drame scandaleux. C’est ce qui rend l’œuvre si difficile à diriger. Certains metteurs en scène, comme Tim Burton, ont ainsi uniquement mis l’accent sur l’aspect tragique de la pièce, servant ainsi une recette qui manque un peu de piquant. Malheureusement, le Collectif Sondheim semble être tombé dans les mêmes travers…

[/mp_heading]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_image id= »26570″ size= »full » link_type= »custom_url » link= »# » target= »false » caption= »true » align= »left »]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_heading]
Sweeney Todd et Mrs Lovett au bord du Lac Léman
La jeune troupe lausannoise a mis à profit son ingéniosité pour honorer l’œuvre de Stephen Sondheim. Elle est ainsi parvenue à trouver des moyens astucieux pour rendre le spectacle interactif et animé. La salle du Théâtre 2.21 est un petit espace ? Qu’à cela ne tienne, la salle entière devient donc la scène où les comédiens jouent au milieu du public.
Par contre, certaines erreurs de mise en scène sont difficiles à pardonner. Notamment l’introduction du spectacle, inutile, au cours de laquelle les interprètes effectuent des exercices de groupe autour du public pour se chauffer. Quant au chœur, trop imposant durant la représentation, il déconcentre souvent (même pendant l’entracte). Enfin, un petit détail qui a tout de même son importance, le fait que l’actrice qui joue Johanna, la fille de Sweeney Todd, soit rousse ; la chevelure blonde du personnage a normalement une grande importance dans la comédie musicale et dans ses paroles.
[/mp_heading]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_image id= »26568″ size= »full » link_type= »custom_url » link= »# » target= »false » caption= »true » align= »left »]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_heading]
De manière générale, la distribution de ce Sweeney Todd lausannois est bonne. Les comédiens jouent plutôt bien, chantent très bien et ont un très bon niveau d’anglais. Le couple de meurtriers est joué par Aude Gilliéron (The Last Five Years ; Sister Act) et Vincent Gilliéron (La Famille Adams ; La Cigale sans la Fourmi…). On sent que les interprètes ont beaucoup de potentiel et connaissent très bien leurs classiques de Broadway. Ils n’ont en revanche peut-être pas assez de « bouteille » pour s’attaquer à une telle comédie musicale, qui requiert davantage de nuances… Vincent Gilliéron joue un Sweeney Todd assez déprimant et sans humour. Quant à la Mrs Lovett d’Aude Gilliéron, elle est un peu trop « propre » et pas assez populaire.
Néanmoins, nous saluons la prestation d’Amélie Dobler (Le Bal des Vampires ; La Belle et la Bête…)  qui incarne Pirelli, le concurrent de Sweeney Todd. L’actrice est tout simplement à mourir de rire dans le rôle du barbier charlatan qui en fait des caisses. Nous tenons aussi à souligner le travail incroyable des trois musiciens : Edward Zanders à la direction musicale et au piano, Jean-Samuel Racine à la clarinette, et Eléonore Salamin-Giroud au violon. Le trio arrive parfaitement à retranscrire la partition de Sondheim sans perdre la force ou les subtilités d’un orchestre.
[/mp_heading]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_image id= »26569″ size= »full » link_type= »custom_url » link= »# » target= »false » caption= »true » align= »center »]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_heading]
Pour conclure, il est évident que les membres du Collectif Sondheim avaient les meilleures intentions en proposant leur vision de Sweeney Todd. Néanmoins, le projet était peut-être trop audacieux. Leur travail était quand même recherché et pointu, et nous pouvons les applaudir pour cela. Nous mettrons les erreurs et les faiblesses de cette version sur le compte de la jeunesse de la troupe, tout simplement.
[/mp_heading]
[/mp_span]
[/mp_row]
[mp_row]
[mp_span col= »12″]
[mp_heading]


Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street par le Collectif Sondheim
Du 1er au 12 mai 2019
Au Théâtre 2.21
Rue de l’Industrie 10
1005 Lausanne
Suisse

Paroles et musique : Stephen Sondheim ; Livret : Hugh Wheeler ; Mise en scène : Frédéric Brodard ; Costumes : Marie Romanens ; Direction musicale : Edward Zanders

Avec : Didier Borel (Anthony), Amélie Dobler (Pirelli / Beggar woman), Aude Gilliéron (Mrs Lovett), Vincent Gilliéron (Sweeney Todd), Lionel Perrinjaquet (Beadle Bamford), Michael Souschek (Judge Turpin), Dominique Tille (Toby) et Judith Von Orelli (Johanna) 

Musiciens : Eléonore Salamin-Giroud (Violon), Edward Zanders (Piano) et Jean-Samuel Racine (Clarinette)

[/mp_heading]
[/mp_span]
[/mp_row]

Philémon Heutte

Philémon Heutte

J'ai toujours été passionné par les comédies musicales depuis tout petit. Dans mon enfance, j'ai suivi des cours de musique, de théâtre et de cinéma. Comme je regardais "Chantons sous la pluie" en boucle, j'ai décidé d'apprendre les claquettes à 11 ans. A force de parler sans cesse de comédies musicales, j'ai rejoint l'équipe de Musical Avenue fin 2018 pour continuer à partager ma passion. J'ai une immense admiration pour Stephen Sondheim, ma première critique pour le site était une de ces œuvres pour mon plus grand plaisir.
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !