Répétitions de “Zorro” : Les interviews de l’équipe créative

A l'occasion de la présentation à la presse des répétitions de Zorro, le musical, nous vous avons proposé un compte-rendu détaillé et des photos exclusives. Nous avons également eu le privilège de rencontrer Christopher Renshaw, metteur en scène du spectacle, Stephen Clark, auteur du livret et des paroles, et Eric Taraud, l'adaptateur de la comédie musicale en Français. L'occasion pour nos lecteurs d'en savoir un peu plus sur la genèse de ce spectacle, sur leur façon de travailler, et sur le rôle d'Isabel Allende.

Christopher Renshaw, metteur en scène du spectacle

"Après la réécriture de plus d'un tiers du livret, le rendu de la nouvelle version est très bon. Nous avons vu un filage, je sais que ça fonctionne, le rythme est excellent, donc j'en suis très content."

Les comédiens français
"Je trouve les Français très attentifs, très vifs. Je pensais qu'ils me donneraient du "Je ne veux pas faire ça" tout le temps. Ils sont fantastiques, très faciles à vivre, comme une famille."

Les cheveux blonds de Géraldine Larrosa
"Je lui ai demandé de les teindre. Inez a toujours été rousse dans ma vision des choses, tout comme l'a été Lesli
(Margherita, la créatrice du rôle à Londres - ndlr). Pour Liza (Pastor - ndlr), je ne me suis toujours pas décidé. Je vais regarder ce que ça donne sur scène, mais elle a de si beaux cheveux et elle est si belle, pourquoi devrais-je lui mettre une perruque ?"

Les Folies Bergère
La scène arrive directement dans le public, donc vous serez très proches. La partie haute de la scène rejoint les passerelles, donc c'est très facile de circuler. Mais il reste encore du travail."

"Ce qu'on peut me souhaiter ? "Beaucoup de merde" (en Français dans le texte !)"

Stephen Clark, auteur du livret et des paroles en version originale

"Je suis arrivé sur le spectacle grâce au producteur de l'époque, Adam Kenwright. Ils ont demandé à mon agent si j'accepterais d'écrire les paroles et le livret. J'ai travaillé étroitement avec Chris (Renshaw). Le premier défi auquel nous avons été confrontés consistait à justifier la présence du flamenco à Los Angeles, en Californie. Donc nous avons inventé l'histoire avec les gitans : Diego va en Espagne, il rencontre des gitans et ensuite ces derniers rentrent avec lui en Californie, de façon à ce que l'on puisse légitimement utiliser le flamenco gitan en Californie. Après, les Gipsy Kings ont été choisis pour écrire la musique, ce qui est très cohérent, et nous avons réunis tous les ingrédients que nous voulions, le flamenco, les Gipsy Kings, et finalement Raphaël (Amargo, chorégraphe du spectacle ndlr)."

"Pourquoi avons-nous réécrit un tiers du livret ? A chaque fois que vous découvrez un de vos spectacles sur scène, vous en tirez des enseignements. Donc, j'ai entrepris un assez gros travail de réécriture après Londres pour Paris. En effet, tant que les répétitions n'ont pas commencé, vous ne pouvez pas savoir si les scènes fonctionnent, si les blagues sont drôles, si l'histoire est suffisamment claire ou si la construction des chansons est juste. Je travaille de très près avec Eric Taraud, le traducteur du spectacle, pour trouver les équivalents idiomatiques français les plus proches."

Isabel Allende et son roman
Le projet du musical a démarré avant qu'Isabel Allende ne commence à écrire son roman (le projet musical a démarré en 2002, le roman est sorti en 2005 - ndlr). On nous a dit peu après qu'elle travaillait sur un roman et nous nous sommes dit "Ca pourrait être intéressant parce que c'est Isabel Allende". Nous avons discuté au téléphone de ce qu'elle faisait et quand je suis allé à San Francisco, j'ai passé beaucoup de temps avec elle à lui faire lire plusieurs brouillons du script. Elle est merveilleuse, très passionnée, généreuse, drôle, sexy, ça a été un régal d'être avec elle. Parfois nos histoires se chevauchent, parfois non. Nous avons davantage cherché à conserver l'âme, l'esprit de Zorro qu'à faire coller les deux trames. La narration du roman aurait été difficile à adapter en musical, et vice-versa. Ce sont des formes artistiques très différentes."

L'absence de Bernardo dans le musical
Dans une des premières versions, nous avions intégré le personnage de Bernardo mais, en particulier dans un musical, nous avons si peu de temps. Nous avons déjà Zorro et Diego à explorer, mais aussi Luisa, Garcia, Inez, Ramon. Alors trouver de la place pour un autre personnage... Nous savons que nous avons pris des libertés avec une des composantes de la vision traditionnelle de Zorro. J'espère qu'une fois qu'ils auront vu le spectacle, les gens ne se demanderont pas "Mais où était Bernardo ?", parce que ça voudrait dire que nous avons échoué.
"

Eric Taraud, adaptateur du spectacle en Français

Mon premier parcours, c'est le parcours du théâtre. J’ai commencé par être comédien. Après j’ai eu l’opportunité d’écrire des scénarios. J’ai toujours eu envie de revenir au théâtre et particulièrement le théâtre musical. Il n’y a pas très longtemps que le théâtre musical se développe à Paris, c’est vrai que Stage Entertainment est arrivé, avec Cabaret. Je l’avais vu à New York et je me suis dit, si ce n’est pas moi je me fais hara-kiri. Ça a marché, j’ai adapté les chansons de Cabaret. Pour moi, les grandes émotions c'est le spectacle musical à Londres, à New York. Et bientôt à Paris au Châtelet : ca va être une saison qui déménage."

Stephen Clark
Stephen a un degré d’implication énorme. J’ai vu le spectacle à Londres dans les dernières représentations. Il a commencé à me dire avec Christopher qu’ils avaient des envies qui n’avaient pas pu aboutir à Londres. Et peu à peu le spectacle a  évolué, pris une nouvelle dimension. Résultat : il y a au moins 40-50% du spectacle qui est nouveau ! C’est la même trame, mais au travers des personnages il y a des chemins de traverse, de nouvelles chansons. Je trouve que le spectacle a vraiment gagné en dramaturgie. Ça chante, mais c’est aussi du théâtre donc il faut que la structure soit forte, que les personnages soient forts. Une scène de comédie avec de mauvais acteurs, ce n’est pas possible."

Zorro contre Cabaret
Cabaret était monté, on savait ce qu’allait être le spectacle. Pour Zorro la différence, c'est qu’on peut arriver le matin, et que Chris ait eu une idée pendant la nuit sur une scène : il faut la changer, la couper, il faut la mettre là. Cela commence à se stabiliser. Heureusement, parce qu'on arrive aux Folies vendredi. Je ne pense pas que ça arrivera, mais même à une semaine du spectacle, si on pense qu'on peut améliorer quelque chose, on le fera. Contrairement au Roi Lion et à Cabaret, avec Zorro, tout est possible puisque l’auteur et le metteur en scène sont là, les acteurs proposent des choses. C’est vraiment un spectacle vivant et une équipe très ouverte."

Propos reccueillis par Sophie Dussaussoy et Samuel Sebban

Retrouvez dans quelques instants les interviews des artistes Laurent Bàn, Géraldine Larrosa, Yan Duffas et Georges Beller qui disent tout à Musical Avenue.

Toute l'actualité de Zorro sur Musical Avenue

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.