Critique : “Adam & Eve… and Steve” au King’s Head Theatre à Londres

Récompensé du prix du meilleur musical lors de "l'Hollywood Fringe" puis transféré avec succès au Festival d'Edimbourg en août dernier, Adam & eve...and Steve est enfin proposé au public londonien côté Off West End grâce au King's Head Theatre dans le quartier d'Islington jusqu'à la fin du mois.

En apparence risqué mais grâce a la musique très traditionnelle de Wayne Moore (fondamentalement "Old Fashioned"), ce spectacle musical explore la bisexualité à travers l'histoire d'Adam et Eve avec un humour décapant, irrévérencieux et bourré d'anachronismes (il y a même des plaisanteries sur Donald Trump !). L'idée est que le démon Beelzebut intervienne ici juste après que Dieu ait créé Adam, en envoyant à ce dernier Steve afin de combler sa solitude. Avant qu'il ne fasse connaissance avec la véritable Eve.

Un musical déjanté et très bien interprété

Joseph Robinson a l'innocence requise pour incarner un sympathique et attendrissant Adam avec une voix de ténor léger, se passant facilement d'amplification. Face à lui, Dale Adams, dont c'est les premiers pas sur la scène londonienne, incarne Steve avec beaucoup d'élégance apportant - outre ses talents de danseur et chanteur - des nuances bienvenues à un personnage quelque peu inbus de lui-même.

adam001

Hayley Hampson a la douceur requise assortie de la voix de soprano nécessaire à l'interprétation d'une Eve attendant qu'un Dieu invente le sexe. Le Dieu interprété par Michael Christopher est principalement en voix off dans les coulisses, jusqu'à ce qu'il rejoigne le vétéran du West End Stephen McGlynn (Beelzebut), pour un numéro de vaudeville avec cannes et canotiers.

L'utilisation d'accents régionaux est un peu inutile et les chansons sont loin d'être mémorables même si elles s'intègrent parfaitement dans l'intrigue. Après tout, c'est la marque de fabrique d'un musical réussi et équilibré... non ? Certaines ballades sont même poignantes et poussent plus loin la réflexion sur les relations humaines, sexuelles et amoureuses, que le livret quelque peu caricatural nous laissait présager.

adam002

La mise en scène et les chorégraphies efficaces de Francesca Goodridge contribuent à nous faire passer 75 minutes agréables avec ce musical qui traite avec fraicheur et légèreté ce thème fondamental qu'est la recherche de l'épanouissement personnel au travers de la sexualité. En sera t'il de même pour le musical When Harry meet Barry version gay de When Harry meet Sally à partir du 3 mai au Theatre Above the stag dans le quartier Vauxhall ? Là aussi, la curiosité est de mise !


Adam & Eve... and Steve

Au King's Head à Londres jusqu'au 29 avril 2017

Musiques : Wayne Moore ; Mise en scène : Francesca Goodridge

Avec : Stephen McGlynn, Michael Christopher, Dale Adams, Joseph Robinson

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.