Critique : “Come From Away” au Phoenix Theatre à Londres

Jouée pour la première fois en Ontario en 2013, la comédie musicale canadienne Come From Away rencontre un grand succès partout où elle passe depuis 2013.

Comédie musicale nommée et récompensée à plusieurs reprises, à l'instar de son Laurence Olivier Award reçu en 2019 pour le prix du meilleur spectacle musical, Come From Away est un projet qui ne ressemble à aucun autre.

La petite histoire dans la grande

Le matin du 11 septembre 2001, la petite ville canadienne de 9000  habitants de Gander voit son quotidien bouleversé lorsque, suite à la fermeture du ciel aérien aux USA, 38 avions et près de 7000 passagers du monde entier sont déviés vers leur aéroport. S’en suivent 3 jours de crainte, de cohabitation, de destins croisés et d’entraide.

Présent en 2011 à Gander pour les 10 ans des événements, le couple d’auteurs-compositeurs canadiens Irène Sankoff et David Hein rencontrent les locaux et invités de la petite localité. Touchés par ces incroyables anecdotes, ils décident de s’inspirer de cette histoire vraie et méconnue pour créer leur nouveau spectacle Come from Away.

Une mise en scène minimaliste mais d'une efficacité imparable

Quelques arbres en fond, quelques éléments canadiens nous situent cette petite bourgade perdue au milieu de Terre-Neuve avec, pour seul réel accessoires, une dizaine de chaises en bois.  Tout au long du spectacle et grâce à un ballet minutieux de chaises, on se retrouve dans un café, puis dans un avion, une voiture, en haut d’une colline. C’est une réelle chorégraphie du décor que les comédiens réalisent d’une façon si fluide qu’on ne peut s’imaginer à quel point sa précision a dû être travaillée.

C’est sur fond de musique folk-celtique que le livret retrace les 5 jours qui ont chamboulé la vie de milliers de personnes. Le récit est simple : comment des gens si différents vont s’unir pour créer une réelle communauté et traverser cette épreuve.

La rencontre entre ces personnages qui doivent cohabiter et passer outre leurs différences, leur craintes et préjugés, est dépeinte avec humour, tendresse, parfois avec tristesse et colère mais toujours empreinte d’humanité. Le message est clair : on est plus fort ensemble.

Dans cet esprit de cohésion, la plupart des numéros sont des chansons chorales qui expriment le différent point de vue des caractères. Seul un solo est interprété par la capitaine d’American Airlines, interprétée dans la production londonienne par Rachel Tucker, qui dans "Me and the Sky" parle de son combat de femme pour devenir pilote et son parcours jusqu’à ce 11.09. Puissant. Petite mention spéciale également pour la chanson "Prayer" qui est une ode à la diversité.

Une troupe avant tout

A l’image de la ville de Gander, la communauté et l’esprit de groupe sont primordiaux. Il est donc logique que le point fort de Come from Away soit sa distribution.

12 comédiens et 7 musiciens, quasi en permanence sur scène, se partagent chacun plusieurs rôles : du natif de Gander au passager terrifié et perdu. La transition entre les personnages se fait de manière fluide : un changement d’accessoires, de costumes, un dialecte différent et la magie opère. Il n’y a jamais de doute, tout est limpide et compréhensible.

Seul petit bémol pour nous, francophones :  les accents, le débit et l’intensité des paroles peuvent être parfois un peu difficile à suivre. Une bonne compréhension de l’anglais est donc indispensable pour profiter pleinement du moment.

 Les acteurs nous ressemblent, les personnages sont diversifiés, ce sont des personnes lambda qui se retrouvent dans une situation extraordinaire et cela permet l’identification immédiate, la sympathie et l’empathie.

On pourrait regretter que certains caractères sont un peu moins développés que d’autres mais cela n’enlève rien à la compréhension du récit. Pas de petit ou grand rôle, le casting est homogène, la cohésion entre eux est évidente et la chaleur de la troupe nous emporte.

La force principale de Come from Away demeure dans sa complexe et apparente simplicité. La scène est épurée, les comédiens sans artifice, il y a peu de réelle chorégraphie et pourtant ce spectacle est d’une richesse incroyable et une totale réussite.

Une ode à l'optimisme

Présenté en un seul acte de 100 minutes, Come from Away nous embarque de la première seconde à la dernière dans cette improbable aventure. On est en ressort bouleversé ,on rit beaucoup, on pleure aussi et on a qu’une envie, aller visiter Gander pour devenir nous aussi un islander.

Come from away est un petit bijou de tolérance, de bonne humeur et une vraie bouffée de solidarité dont on a tant besoin. Sa captation scénique vient d’être annoncée et la sortie est prévue en 2021 mais le spectacle reprendra – normalement – à Londres à partir du 19 juin 2021 donc si vous en avez l’occasion, foncez-y !


Come from away, de David Hein et Irene Sankoff

Au Phoenix Theatre à Charing Cross Road, Londres

Musique, paroles et livret : David Hein et Irene Sankoff

Mise en scène : Christopher Ashley

Avec : Rachel Tucker, Jenna Boyd, Nathanael Campbell, Clive Carter, Mary Doherty, Robert Hands, Helen Hobson, Jonathan Andrew Hume, Harry Morrison, Emma Salvo, David Shannon Cat Simmons.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.