Critique : “Grease” au Théâtre Mogador

Enfin ! C'est début novembre que nous avons eu le privilège d'assister à une représentation de Grease, le spectacle à l'affiche du Théâtre Mogador de Paris cette saison. L'occasion de découvrir le résultat des travaux de rénovation suite à l'incendie qui avait conduit à l'annulation du Fantôme de l'Opéra, alors même que Stage Entertainement vient d'annoncer Chicago dans la même enceinte à la rentrée prochaine. Après le célèbre film de 1978 et la première adaptation réussie de 2008 au Théâtre Comédia, comment le public allait-il accueillir cette nouvelle version ? Verdict.

Un univers visuel plein de paillettes pour un "revival" à la française

Fait rare, de nombreux aspects du spectacle qui se joue au Théâtre Mogador ont été l'objet d'une nouvelle création. La mise en scène et les décors sont en effet originaux, tout comme les chorégraphies. L'orchestration a également été retravaillée pour coller à l'esprit des années 1950, tout en apportant des touches de modernité. De mémoire de Musical Avenue, c'est la première fois que Paris fait l'objet d'une création de cette ampleur par Stage Entertainement, fruit d'une collaboration entre les équipes créatives internationale et française.

Alexis Loizon & Alyzée Lalande dans

Alexis Loizon & Alyzée Lalande dans "Grease" au Théâtre Mogador – Photo : Alessandro Pinna

Dès l'entrée dans le hall du théâtre, nous sommes séduits par la décoration, témoin d'une identité visuelle très pop et colorée que nous retrouvons en salle. Nous sommes plongés dans une ambiance qui rappelle les "diners" américains des années 1950, avec ses vestes en cuir et ses coiffures élaborées, marques d'un excellent travail réalisé sur les costumes et coiffures. Créés pour l'occasion, les décors sont sublimes, bien mis en valeur par des lumières pétillantes. La machinerie imaginée pour les déplacements des panneaux est fluide et maîtrisée, témoin d'une mise en scène soignée et efficace. On apprécie en particulier le jeu d'apparition de l'orchestre qui fait partie intégrante du spectacle, et qui restitue merveilleusement le rock'n roll des tubes de Grease.

Une délicieuse impertinence desservie par une adaptation française inégale

Les productions de Stage Entertainment nous ayant habitués à l'excellence, il est difficile de ne pas se laisser aller à un certain niveau d'exigence. À ce titre, au regard des productions de ces dernières années, la qualité de l'adaptation française du spectacle ne nous a pas complètement convaincus.
L'écriture manque en effet de subtilité, et prend parfois des libertés étranges avec la versification originale, voire crée des contre-sens ("There Are Worse Things I Could Do" dont la version française fait passer à tort Rizzo pour une fille dont on se moque). Les solos étant quasiment inaudibles dès que la musique est un peu forte, cela n'aide pas à valoriser le texte.

La troupe de

La troupe de "Grease" au Théâtre Mogador – Photo : Alessandro Pinna

Dans les aspects plus positifs, le choix de conserver une partie des paroles en anglais permet de préserver les refrains célèbres sans nuire à la compréhension de l'intrigue. Côté livret, le parti pris de la spontanéité restitue bien l'énergie adolescente de l'œuvre, avec une impertinence réjouissante, et est en cela mieux réussi que dans l'adaptation de 2008. Tous les paramètres sont minutieusement étudiés pour plonger le spectateur dans l'époque, et c'est une réussite totale. Cette nouvelle version revoit la chronologie de certaines scènes et exploite différemment certaines chansons, comme "Hopelessly Devoted to You" qui se retrouve au premier acte et prend un nouveau sens beaucoup plus pertinent.

Une troupe jeune et talentueuse, avec la révélation Alyzée Lalande

Parmi les plus beaux moments du spectacle, citons "Greased Lightning" ainsi que toutes les scènes qui suivent ce numéro jusqu'au final du premier acte rythmé et endiablant, ponctué par un superbe ballet sur "We Go Together". D'une façon générale, les chansons collectives sont très réussies, et "You're The One that I Want" marque un final en apothéose.
Les personnages d'Eugène (Alexandre Faitrouni) et Miss Lynch (Céline Groussard) se posent en maîtres de cérémonie, mais leurs scènes ne sont pas toujours très heureuses. Si le public les a récompensés de beaucoup de rires et d'applaudissements lors des saluts, certaines touches d'humour tombent complètement à plat. Surtout, leurs séquences cassent parfois le rythme et sont beaucoup trop longues, rendant le second acte interminable.

Yanis Si Ahmed, Alexis Loizon et la troupe de

Yanis Si Ahmed, Alexis Loizon et la troupe de "Grease" au Théâtre Mogador – Photo : Alessandro Pinna

Cela n'enlève rien au talent absolu d'Alexandre Faitrouni (31 ; Love Circus), qui est éblouissant de justesse. C'est un véritable clown, dans le sens philosophique du terme, et il confirme son talent dans le registre comique aperçu dans La Belle et la Bête. Parfaite sur tous les plans, Alyzée Lalande (Notre-Dame de Paris ; Le Bal des Vampires) est la révélation du spectacle, et propose une Sandy qui ferait pâlir de jalousie Olivia Newton-John. Alexis Loizon (Roméo et Juliette ; La Belle et la Bête) campe un Danny très crédible, vocalement impeccable, mais peut-être un poil raide sur la partie dansée. Mention spéciale également pour les seconds rôles, qui constituent la force vive du spectacle, avec notamment Sarah Manesse (Sister Act) et Yanis Si Ahmed (Cats) déjà aperçus à Mogador. Enfin, Emmanuelle N'zunzi (Cats) campe une Rizzo pétillante, et particulièrement touchante sur "There Are Worse Things I Could Do".

Florie Sourice, Alyzée Lalande, Sarah Manesse, Emmanuelle Nzuzi et Astou Malva Gueye dans

Florie Sourice, Alyzée Lalande, Sarah Manesse, Emmanuelle Nzuzi et Astou Malva Gueye dans "Grease" au Théâtre Mogador – Photo : Alessandro Pinna

Nous ressortons finalement moins enthousiastes que nous aurions pu l'imaginer. Certes, la production a mis tous les ingrédients pour plaire au plus grand nombre, et beaucoup des choix faits pour cette production française ont été judicieux. Le spectacle pêche malgré tout par ses baisses de rythme fréquentes et une qualité inégale dans l'adaptation française. Cela dit, ce Grease saura conquérir le grand public, le spectacle s'inscrivant dans les standards d'excellence auxquels nous a habitués Stage Entertainment. Et quel plaisir de fredonner "We Go Together" et "You're the One that I Want" sans arrêt depuis une semaine… N'est-ce pas là l'essentiel ?

Réserver


Grease – Le MusicalGrease, de Jim Jacobs et Warren Casey

Au Théâtre Mogador 
25 rue de Mogador, 75009 Paris

Livres, musiques et paroles : Jim Jacobs et Warren Casey ; mise en scène et chorégraphie : Martin Michel ; metteuse en scène résidente : Véronique Bandelier ; chorégraphe associé : Tim Van Der Straeten ; directeur musical résident : Dominique Trottein ; scénographie : Eric Van Der Palen ; costumes : Arno Bremers ; lumières : Matthieu Patriarca ; concepteur son : Julius Tessarech ; concepteur son associé : Nicolas Lemperier ; maquillage et perruques : Harold Mertens.

Avec : Alexis Loizon (Danny Zuko), Alyzée Lalande (Sandy Dubrowski), Alexandre Faitrouni (Eugène), Yanis Si Ahmed (Kenickie), Astou Malva Gueye (Jan), David Sollazzo (Sonny), Doryan Ben (Dood), Luna Chiquerille (Cha Cha, Doublure Marty), Emmanuelle Guélin (Dance Captain, Doublure Cha Cha, Swing), Emmanuelle N’zuzi (Betty Rizzo), Fanny Delaigue (Doublure Sandy, Marty), Jeremy Petit (Roger), Florie Sourice (Frenchy), Julien Husser (Doublure Vince Fontaine, Kenickie, Doody), Lily Kerhoas (Doublure Sandy), Loaï Rahman (Doublure Eugene, Roger, Doody, Swing), Maeva Mathon (Doublure Rizzo), Marianne Millet (Doublure Frenchy, Jan, Patty), Melissa Dossin(Doublure Cha Cha, Jan, Frenchy, Patty, Swing), Michelangelo De Marco (Doublure Sonny), Nordine Ezzahr (Doublure Roger), Sarah Manesse (Marty / doublure Rizzo), Sebastien Lemoine (Vince Fontaine / Teen Angel), Thomas Bernier (Doublure Kenickie), Veronique Hatat (Patty), Céline Groussard (Miss Lynch), Yoan Grosjean (Doublure Sonny, Swing), Alexander Wood (Doublure Doody).

Musiciens : Charlotte Gauthier (chef d'orchestre assistante, claviers), Christophe Fossemalle (2ème assistant, claviers), Benjamin Pras (claviers), Jean-François Durez (claviers), Laurent Guanzini (claviers), Maxence Naudet (guitares), Mathias Minquet (guitares), Yannick Deborne (guitares), Jean-Philippe Roux (basses), Fred Liebert (basses), Valérie Picard (basses), François Chambert (saxophones et clarinettes basses), Philippe Brohet (saxophones et clarinettes basses), Jean-Pierre Solves (saxophones et clarinettes basses), Eric Poirier (trompettes), Lorenz Rainer (trompettes), Rodolphe Millet (trompettes), Jeff Quellec (trombones), Gwen Badoux (trombones), Vincent Aubert (trombones), Didier Guazzo (batterie), Paul Rosi (batterie), Christophe Gallizio (batterie), Samuel Domergue (batterie)

0 réponses

  1. […] Anthony Fabien (Madiba), Lucie Riedinger, (La Famille Addams) sans oublier Alyzée Lalande (Grease - Le Musical) ont joué dans cette comédie musicale mise en scène par Sophie Tellier (La Nuit d'Elliot […]
  2. […] de ses diplômés dans les productions actuelles les plus variées, allant de Petit Ours Brun à Grease, en passant par Les Secrets de Barbe […]
  3. […] Entertainment lève un peu plus le voile sur sa future production de Chicago, amenée à remplacer Grease la saison prochaine. La billetterie est d'ores et déjà ouverte pour 100 représentations dont la […]
  4. […] de Stage Entertainment, théâtre des centaines de story Instagram de la distribution de Grease. Aujourd'hui, le studio n'a pas la même allure : dix-huit chaises noires en arc de cercle font […]
  5. […] des spectacles tels que La Belle et la Bête, Le Bal des Vampires, Cats, Sister Act ou encore Grease pour servir d'écrin à ce concert […]
  6. […] La Goulue avec un extrait de son spectacle, et en costume. Enfin, la troupe (presque au complet) de Grease a interprété un medley en piano-voix des chansons principales de la comédie musicale […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.