Critique : “La légende du Roi Arthur” au Palais des Congrès et en tournée

Tout juste 10 jours après la toute première représentation du spectacle, nous nous sommes rendus au Palais des Congrès pour découvrir La Légende du Roi Arthur. Ce nouveau spectacle musical est le dernier né de l'équipe créative de 1789, les Amants de la Bastille (avec Dove Attia à la production et Guiliano Peparini à la mise en scène) que nous avions su apprécier à sa juste valeur. Notre avis est en revanche ici plus mitigé.

Un départ sur de bonnes bases

Les ingrédients étaient tous réunis pour nous offrir du grand spectacle. Un thème médieval et une romance légendaire, des instrumentaux grandioses dignes de films de fantasy, une salle bien remplie...oui, il y avait de quoi se réjouir à voir ce spectacle, quoiqu'en disent les détracteurs de Dove Attia et consorts.
C'est connu : nous pouvons être très durs avec les "spectacles musicaux à la française" qui oublient de servir au public un vrai fil narratif et qui ne peuvent s'empêcher d'enchaîner les tubes de variétés déconnectés de l'histoire et surtout des personnages. Après plusieurs années de grand désespoir, nous avions fini par trouver la lumière et l'espoir avec 1789, les Amants de la Bastille grâce à une mise en scène assez hallucinante, une attention à l'histoire plus approfondie et des tableaux mémorables dont on se souvient aujourd'hui encore. A ce titre, La Légende du Roi Arthur reprend ce qui a plutôt bien fonctionné sur 1789, les Amants de la Bastille tout en cherchant à innover et à faire évoluer les codes du genre.

L'ouverture avec Merlin l'Enchanteur (David Alexis, qui nous impressionne toujours autant par sa qualité d'élocution !) en est la parfaite illustration. Ce croisement entre scène de film, de théâtre et de spectacle de magie ne ressemble pas à ce que nous avons pu voir ailleurs. C'est tout autant le cas des multiples utilisations d'écrans, de projections d'images sur les décors et jeux de lumières qui nous ont étonnés et emerveillés plus d'une fois, comme la scène de supplications du peuple de Camelot.
Côté jeu d'artistes, nous avons été agréablement surpris par Florent Mothe. Il a su parfaitement véhiculer ses émotions, en particulier le sentiment de déchirement de son personnage Arthur au moment de choisir entre amour et justice avec son interprétation du titre "Auprès d'un autre". 

Il faut dire que le livret, pour une fois, laisse un peu plus de temps aux artistes pour développer leurs personnages. L'équilibre entre temps joué et temps chanté est ici plus évident (à l'inverse, souvenez-vous de Robin des Bois, avec 2 mots prononcés pour 10 chansons !). A notre grande surprise, cela a même laissé la place à un très joli moment a cappella entre Camille Lou (Guenièvre) et Charlie Boisseau (Lancelot) entrecoupé de passages joués, alternance qu'on a davantage l'habitude de voir dans des comédies musicales de Broadway et du West End que dans les spectacles musicaux du Palais des Congrès ou Palais des Sports.

Il a manqué "quelque chose de magique" 

Cela étant dit, ne nous enflammons pas, nous parlons ici de quelques minutes réussies pour plus de 2 heures de spectacle décevantes. Car oui, au final, nous sommes sortis du Palais des Congrès avec un sentiment de déception et surtout d'inachevé. Dans son ensemble, La Légende du Roi Arthur est un spectacle qui "se regarde" mais qui comporte trop de défauts pour ne pas qu'on l'oublie aussitôt. Il n'y a pas de quoi s'attacher aux personnages (hormis Arthur) malgré leurs multiples solos ou duos. Que ce soit l'indécise Guenièvre, le Lancelot transparent, l'inutile Méléagant ou la tête-à-claques Morgane... Ils ont beau se démener, leurs chansons s'accumulent sans qu'on parvienne à s'y intéresser, si bien que notre regard a fini par être davantage attiré par les décors, danseurs ou musiciens qu'aux artistes principaux, pourtant tous très bons chanteurs.
 
Difficile malgré tout de trouver les raisons de cette "platitude". S'agit-il de la qualité des chansons, au côté très R'n'B ? De la mise en scène orientée "concert" plutôt que "spectacle théâtral" ? De la diction douteuse de certains artistes ou des paroles rendues inaudibles par le son du Palais des Congrès ? Des chorégraphies redondantes ou des danses en ligne après 2 heures pleines de danse contemporaine ? Des personnages secondaires dispensables comme le rigolo de service (il va falloir arrêter d'en mettre un systématiquement dans ce type de spectacles !) ou inexploités comme Merlin, Gauvain et les autres Chevaliers de la Table Ronde ? De la chanson "Wake Up" qui devient un moment "WTF" (on vous laisse le soin de chercher sur Google si vous ne savez pas ce que c'est) ? Du rappel attachant ("Promis, c'est juré") mais loin d'être entraînant et excitant pour le public ? 
 
C'est sans doute un mélange de tout ces éléments qui a fini par gâcher La Légende du Roi Arthur. Car oui, c'est bien d'un terrible gâchis dont il s'agit. Le spectacle n'est pas si mauvais que ça, mais il est tout aussi loin d'être réussi, voire complètement raté pour le 2ème acte. Encore que, c'est bien dans le 1er acte que la chanson "Tu vas le payer (cher)" est interprétée par Zaho. Cette chanson symbolise à elle-seule ce que La Légende du Roi Arthur n'est pas parvenu à faire, à savoir trouver sa place dans la comédie musicale.

>> En vidéo : la bande-annonce du spectacle "La légende du Roi Arthur"



La Légende du Roi Arthur, de Dove Attia et François Chouquet

A partir du 17 septembre 2015 au Palais des Congrès 
2 Place de la Porte Maillot
75 017 Paris
 
Mise en scène : Giuliano Peparini
 
Avec : Florent Mothe (Arthur) ; Zaho (Morgane) ; Camille Lou (Guenièvre) ; Charlie Boisseau (Lancelot) ; Fabien Incardona (Méléagant) ; David Alexis (Merlin)    

 

63 réponses

  1. Anonyme
    Je viens de voir le spectacle à Toulouse au zénith, bien que pas totalement comblé, je suis assez déçu des critiques sanglante et gratuite qu'offre le site, bien que toutes celles-ci ne soient pas injustifiée. Voilà ce qui en ressort pour moi : -Les décors et les costumes, bien travaillé dans l'ensemble, des détails soignés sur chacun des costumes et du maquillage sublime. -Le scénario revisite bien la légende arthurienne et nous offre une belle occasionné de nous émerveiller -Les danseurs, ceux-ci effectuent leur travail à la perfection, et j'avoue que le cerf et le loup m'ont tout particulièrement impressionné, on sent qu'ils vivent pour leur métier, -Les danseuses n'ont rien à envier à leurs homologues masculin et véhicules des émotions à donner la chair de poules -Les chansons, hormis une seule, sont bien choisies et prennent tout leur sens dans le contexte de cette comédie -Les chanteurs ; -Florent Mothe (Arthur) est très appréciable tant à sa voie qu'à son jeu d'acteur, la critique du site pour lui me semble bien lui rendre hommage. -Camille Lou (Guenièvre) au même titre que Florent Mothe est captivante à souhait, -Fabien Incardona (méléagant) a été pour moi le chanteur le plus surprenant (et en bien), son timbre de voix et son jeu d'acteur est bien loin de la critique décrite sur ce site. -David Alexis (Merlin) n'est pas suffisament exploité, son rôle aurait pu et aurait du donner lieu à plus d'intervention musicale, toutefois, son jeu d'acteur est juste PARFAIT -Zaho (Morgane) bien qu'elle incarne le ''mauvais rôle'', donne l'impression de se faire chier sur scène, aucune envie de faire le spectacle, contrairement au danseur, elle ne vie pas pour son métier mais bien de son métier et sa se ressent. (cela m’embête d'autant plus de dire ça car à mes yeux en carrière solo elle est exceptionnelle) -Kaël (Lancelot) est un bon chanteur, mais son jeu d'acteur est à mon sens à revoir, il ne colle pas au rôle qui lui est attribué, et bien qu'il soit beau gosse et qu'il fassent vendre à la gente féminine, il semble perdu sur scène ce qui est très dérangeant pour celui qui incarne le 3éme rôle. -Yamin Dib (ké) est surement un bon humoriste et amuse la galerie, il n'y avait pas de bouffon du roi dans cette comédie alors on il s'y est mis, mais bien qu'au début, ses blagues sur la côte de maille qui m'aille", ''leroimerlin'' puissent paraître drôle il devient rapidement TRÈS lourd Enfin la chose qui m'a choqué le plus, et de très loin, la chanson ''Wake Up'' n'a rien à voir avec le reste du spectacle et affaibli grandement le niveau musical de ce spectacle Pour finir, le spectacle reste agréable mais bien loin du niveau de 1789 "les amants de la bastille"
  2. Anonyme
    J'ai vu le spectacle hier soir et je suis tout à fait d'accord avec l'article. Les décors et les jeux de lumières sont top, mais le jeu des acteurs est vraiment décevant et effectivement le comique de service c'est vraiment un personnage dont on se passerait tant les répliques étaient fades voires ridicules. C'est comme si dans la même comédie musicale on avait mis tous les stéréotypes possibles : chanteurs qui font des démonstrations de voix improbables mais qui ne jouent pas ensemble, des danseurs qui vont dans tous les sens mais qui ne dégagent rien, même lorsque la troupe va dans le public pour maximiser l'aspect "interactif" ça ne fonctionne pas. On est dans la démonstration, le surjoué et pas du tout dans le partage. Ce n'est pas une bonne comédie musicale à mon humble avis, elle n'a aucun charme elle est juste très technique.
  3. Anonyme
    Franchement je trouve la critique du spectacle hallucinante de mauvaise foi, Fabien Incardona "inutile" alors qu'à lui tout seul il mérite le déplacement pour ses performances vocales extraordinaires, j'en suis sur le derrière. Ou alors vous etes allez prendre un pot à la buvette au lieu d'assister au spectacle. On peut certes se permettre quelques critiques sur le rôle de Key et ses blagues à deux balles totalement décalées, qu'on finit par ne plus écouter. Mais non seulement la comédie contient nombre de chansons susceptibles de faire des tubes à l'inverse de Robin des bois ou on a droit qu'à une boullie R'N'B sans interêt, mais en plus on a des interprètes d'exception qui jouent leur rôle avec talent et conviction J'ai assisté au spectacle au Zenith de Nantes ou la sono est exceptionnelle. Les effets visuelles sont saisissants, alors que le dispositif mis en place pouvait paraitre étonnant avant le début du spectacle.Deux mètres de scène avec en fond des panneaux coulissants à la japonaise.Mais on découvre bien vite un vrai décor avec en plus des effets de profondeurs saisissants dus à la projection d'images sur des écrans géants ou des scènes animées sur chaque carré des panneaux. Franchement revoyez votre copie vous etes ridicules.
  4. […] cinéma les projections 3D de La Légende du Roi Arthur du 14 au 16 octobre 2016 et les Princesses Disney chantées par Anaïs Delva du 30 […]
  5. […] en 2015, il a également mis en scène et chorégraphié 1789 - Les Amants de la Bastille, et La Légende du Roi Arthur. Outre-Atlantique, il est à l'origine, avec Maksim Chmerkovskiy ("Dancing With The Stars" US), des […]
  6. […] dans la peau du génie de la musique Wolfgang Amadeus Mozart, et Florent Mothe (La Légende du roi Arthur) dans celle du torturé Antonio Salieri. Seul Solal (Adam & Eve - la seconde chance ; […]
  7. […] Vigent. De leur côté, Matthieu Brugot (Quand la guerre sera finie ; Peter Pan) et Thomas Ronzeau (La Légende du Roi Arthur ; Spamalot) reprendront du service en alternance pour le rôle de Robin des Bois, Lucie Riedinger […]
  8. […] véritable point fort ? L'interprète de Siddhartha himself, Inca (Roméo et Juliette ; La légende du Roi Arthur), acclamé dès sont entrée sur scène par les fans présents dans la salle. La star du spectacle, […]
  9. […] véritable point fort ? L'interprète de Siddhartha himself, Inca (Roméo et Juliette ; La Légende du Roi Arthur), acclamé dès sont entrée sur scène par les fans présents dans la salle. La star du spectacle, […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.