Critique : “Anyone can whistle” de Stephen Sondheim à Londres

Depuis le 8 février dernier et jusqu'au 11 mars prochain, les fans de Stephen Sondheim ont l'occasion de voir une nouvelle production à l'Union Theatre de Anyone can whistle, l'œuvre la plus rarement montée du compositeur.

Célèbre pour avoir disparu plus vite encore que l'autre flop légendaire de Stephen Sondheim (Merrily we roll along), Anyone can Whistle n'avait pas survécu à sa création en 1964, ne tenant à l'affiche que durant 9 représentations et 12 avant-premières. Mais contrairement à Merrily we roll along qui dès le départ possédait des qualités qui pouvaient le "racheter" et avait simplement besoin d'être revisité par les bonnes personnes Anyone can Whistle, malgré sa superbe partition n'a jamais fonctionné sur scène, ceci presque entièrement à cause du livret loufoque et déjanté d'Arthur Laurents.

anyone004

Une oeuvre de Stephen Sondheim mal comprise ?

Le metteur en scène Phil Willmott a dû faire face aux mêmes problèmes que ceux qui ont essayé de faire fonctionner ce musical. Il était néanmoins persuadé à juste titre que l'époque était plus propice. Pour le citer : "Dans une saison qui comprennent les premières de chef d'œuvres comme Un violon sur le toit et Hello Dolly, ça ne pouvait être que mal interprété et rejeté comme les divagations de jeunes créateurs suffisants sous l'effet de quelques bonnes drogues. J'ai choisi de le revisiter maintenant au début du mandat présidentiel de Trump parce que je pense que le temps est finalement venu pour un musical avant-gardiste et caricatural sur la cupidité et le narcissisme au plus haut de l'échelle, dans lequel la moitié de l'électorat considère l'autre moitié comme cliniquement fou".

anyone002

Une distribution parfaitement à la hauteur

Felicity Duncan, vue récemment dans le rôle de Liza Minelli dans la pièce de Richard Harris Liza, Liza, Liza n'a rien à envier à Angela Lansbury dans le rôle de la Maire. Rachel Delooze reprend le rôle de l'infirmière Apple (originalement tenu par Lee Romick). Son interprétation n'est pas sans évoquer l'énergie d'une Sutton Foster (Shrek ; Younger) qui avait elle aussi repris le rôle lors d'une production au "Encores" à City Center en 2010.

Ce qui fait le plus la réussite de cette version du musical le plus décalé de Sondheim ? Le travail de la chorégraphe Holly Hugues, qui dirige ici un large ensemble dans des chorégraphies toujours inventives et impeccablement exécutées.

anyone001

Bientôt "The Frogs" au Jermyn Street Theatre à Londres

La danse est rarement au centre des œuvres de Sondheim, mais elle devrait aussi faire partie intégrante de la prochaine reprise et première européenne d'une autre œuvre également rarement jouée du maître : The Frogs à partir du 14 mars au Jermyn Street Theatre près de Piccadilly Circus.

anyone003

Créé en 1974, à la piscine du gymnase de l'université de Yale, avec dans les chœurs Sigourney Weaver et Meryl Steep, The Frogs est une farce satirique librement adaptée d'une comédie de la Grèce Antique d'Aristophanes.

Revu par Burt Shaveloves en 1974, puis par Nathan Lane en 2000, avec huit nouvelles chansons de Sondheim, la première londonienne aura en tête d'affiche Michael Matus (The Phantom of the Opera) dans le rôle de Dionysos et Georges Rae (Grand HotelSpamalot) dans celui de Xantias. Les représentations du spectacle sont prévues jusqu'au 8 avril.

Credit photos : Union Theatre Productions


Anyone can whistle, de Stephen Sondheim

Au Union Theatre à Londres
Jusqu'au 11 mars 2017

Musique et paroles : Stephen Sondheim ; Livret : Arthur Laurents ; Orchestrations : Don Walker ; Mise en scène : Phil Willmott 

Avec : Felicity Duncan, Rachel Delooze, Oliver Stanley, James Horne, Mark Garfield

0 réponses

  1. […] semaines après Anyone Can Whistle à l’Union Theatre, une autre rareté de Stephen Sondheim se voit revisiter pour la première […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.