Dossier : Merci les artistes ! Quand les doublures sauvent nos comédies musicales

Ce n’est pas tous les jours qu’ils sont mis sous la lumière des projecteurs. Et pourtant, ils le méritent tant. Eux, ce sont les swings ou doublures : ceux qui permettent aux spectacles de (sur)vivre malgré les imprévus, quels qu’ils soient. L’occasion pour nous de saluer ces artistes de l’ombre en ces temps où nous avons plus que jamais besoin d’eux !

La pandémie de COVID-19 met plus que jamais à l’épreuve le milieu de la comédie musicale. Avant d’arriver à la fatidique décision de report ou d’annulation d’une représentation, vous pouvez être sûrs que tout a déjà été mis en oeuvre par la production pour s’assurer que le spectacle puisse avoir lieu comme prévu. Fort heureusement, pour de nombreuses représentations, le public n’y voit que du feu grâce aux doublures qui remplacent au pied levé un ou plusieurs artistes de la troupe pour cause de maladie ou aléa. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont « sauvé » beaucoup de comédies musicales, a fortiori ces dernières semaines, en France et partout dans le monde.

De Broadway à Paris, tous émerveillés par ces artistes de l’ombre !

Récemment, c’est à Broadway que de nombreuses doublures ont été mises sous le feu des projecteurs. À commencer par Kathy Voytko qui a remplacé Sutton Foster, testée positive au COVID-19, dans l’immense production de The Music Man aux côtés de Hugh Jackman. Prévenue le matin même, elle a suivi sa première répétition à 14h pour pouvoir monter sur scène dès 20h. Une prouesse saluée par le public et par son partenaire de scène qui n’a pas manqué d’exprimer « son humilité » devant tant de « courage, brillance, engagement et talent » lors des saluts. Une marque de respect notable pour toutes les doublures (swings, understudies et standbys) du théâtre musical que nous partageons largement !

Cette semaine encore, le musical Come From Away a pu tenir sa représentation du 26 décembre comme prévu à New York City grâce à 8 « standbys » (doublures) qui se sont mobilisées , certaines venant de la troupe de la tournée internationale et d’autres ayant quitté la troupe de Broadway quelques temps auparavant. Une solidarité qui est loin d’être passée inaperçue, même si elle n’a pu hélas empêcher le spectacle d’être interrompu ensuite jusqu’au moins la fin de l’année en raison d’autres contaminations au COVID-19.

David HEIN, co-créateur de Come From Away, avec le panneau des interprètes venus à la rescousse

Que dire, si ce n’est… respect les artistes !

Bien d’autres beaux exemples sont à signaler : Ben Joyce, le Frankie Valli de Jersey Boys dans le West End a par exemple fait le voyage vers Birmingham en urgence pour pouvoir sauver la représentation de 14h30 , l’interprète habituel du rôle en tournée étant touché par le COVID. On peut aussi citer l’exemple moins habituel d’un échange de rôle ; c’était le cas le 22 décembre dernier de Bradley Jaden (Javert) dans Les Misérables, qui a repris exceptionnellement le rôle d’Enjolras, qu’il avait déjà joué par le passé pour faciliter les changements dans la production. Richard Carson, sa doublure pour Javert, a ainsi pu le remplacer, tandis que John Owen-Jones s’est débrouillé pour revenir jouer Jean Valjean sans aucune répétition et après plus d’un an sans jouer le spectacle.

L’un des plus beaux témoignages récents vient sans doute de chez nous, à Paris, grâce à Jean-Luc Guizonne qui a interprété Mufasa dans Le Roi Lion en novembre dernier, près de 11 ans après l’avoir joué en français sur la même scène du Théâtre Mogador, de retour aux côtés d’Olivier Breitman qui jouait déjà à l’époque son frère Scar. Son témoignage sur Facebook (ci-dessous) explique bien en quoi ce moment était spécial pour lui, surtout après avoir joué le spectacle en anglais au Royaume-Uni. Dans ces moments-là, l’amour du spectacle vivant dépasse tout et c’est une belle preuve d’engagement et de respect qu’il a démontré auprès du public, très chanceux ce soir-là pour le coup !

Plus incroyable encore, il y a quelques années, l’immense star britannique Ruthie Henshall avait réussi l’exploit de jouer dans deux théâtres du West End le même soir : à l’époque, elle jouait Ellen dans Miss Saigon et avait dû se déplacer dans un autre théâtre pour interpréter le rôle de Fantine dans Les Misérables. Tout cela pour dépanner la production qui faisait face à plusieurs imprévus. Une sacrée prouesse à saluer.

Pour en savoir plus sur ces incroyables swings, standbys et understudies (et surtout bien comprendre la différence entre les trois), plongez dans les coulisses avec certains d’entre eux à Broadway : vous remarquerez que depuis la réalisation de ce documentaire, certains sont désormais tout en haut de l’affiche. Et c’est bien tout le mal que l’on souhaite à tous ces (discrets) héros de la comédie musicale !


Et vous, quelle doublure vous a marqué depuis que vous allez au théâtre voir des comédies musicales ?

Stephany Kong

Stephany Kong

Parisienne de naissance et de cœur (ici c'est Paris !), fan de Disneyland et de cinéma américain, j'ai grandi au Japon et à Singapour puis découvert la comédie musicale au cours de mes études en Angleterre avec "Wicked". Devenue une fervente supportrice du genre, j'ai rejoint MusicalAvenue à mon retour en France, en parallèle de mon activité professionnelle de chef de projet chez EDF.
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !