Playlist du mois de novembre : « Les Rois du monde »

Sortez vos couronnes et sceptres en diamant, ce mois-ci Musical Avenue se penche sur les rois, reines, princes et princesses dans les comédies musicales.

Après avoir rendu hommage le mois dernier à la reine de la comédie musicale, nous avons décidé de consacrer cette playlist à la royauté au sens premier du terme. Oublions un peu notre héritage révolutionnaire et intéressons-nous aux personnages de comédie musicale issus de lignée royale. Lourde est la tête qui porte la couronne, alors autant chanter pour alléger ce poids ! Mettez en pause votre visionnage de The Crown (si vous n’avez pas déjà fini) et plongez vous dans cette playlist royale.

Le choix de Ségolène : « Ex-Wives/Six », Six

S’il y a bien un pays qui aime célébrer sa monarchie, c’est l’Angleterre. Les comédies musicales du West End ont un peu perdu du terrain par rapport aux années 80 et la grande invasion britannique sur Broadway, mais cette comédie musicale pop-rock sur les six femmes d’Henry VIII n’a de cesse de conquérir le monde depuis sa création off-off-off-off West End. En cas de doute, les anglais peuvent toujours compter sur leurs monarques.

Le choix de Nathalie : « You’ll Be Back » Hamilton

Les américains aimant bien se moquer des anglais, il n’est pas rare de les voir parodier les têtes couronnées de Grande Bretagne. C’est le cas dans le phénomène Hamilton et son truculent roi Georges dans un pastiche d’Elton John. Un petit rôle mais qui fait une très forte impression. Neuf minutes sur scène, une seule chanson reprise trois fois, une ovation. Le rêve pour tout comédien/chanteur.

Le choix de Chloé : « Être à la hauteur », Le Roi Soleil

Si en France l’Histoire a prouvé que nous sommes plutôt contre la monarchie, ça ne nous empêche pas de créer des grands spectacles à la gloire de nos monarques passé.e.s. Nous ne sommes pas à une contradiction près. Le Roi Soleil était une débauche de richesses, de dorures et de fleur-de-lys (à ne pas confondre avec Notre-Dame de Paris). Ici point de politique, juste de belles mélodies pour montrer que Louis XIV, avant d’être un roi, était surtout un homme.

Le choix de Stephany : « Tant qu’on rêve encore », Le Roi Soleil

Oui, nous aimons beaucoup Le Roi Soleil (et mettre des chansons de 1789, les amants de la Bastille aurait été un peu malvenu vu le thème de la playlist). Ce final nous donne envie de gambader dans les jardins de Versailles, admirant les feux d’artifices au dessus du bassin de Neptune.

Le choix de Nicolas : « I Just Can’t Wait to Be King », The Lion King

Comme la royauté a l’air d’être un concept pas mal quand on en fait partie, on comprend pourquoi le petit Simba est impatient de monter sur le trône. Il n’hésite pas à le chanter dans toute la savane, réquisitionnant tous ses futurs sujets pour faire un grand numéro musical. Il prend même un peu trop la confiance et n’imagine pas une seconde que cet excès d’enthousiasme peut causer quelque jalousie. Heureusement, dix années d’exil se chargeront de lui remettre les pattes sur terre.

Le choix de Philémon : « Rêves secrets d’un prince et d’une princesse », Peau d’âne

Évidemment, comme nous avons conservé nos âmes d’enfants, la thématique de la royauté nous fait penser aux contes de fées et ses princesses et princes. Et quel plus beau couple princier de comédie musicale que celui formé par Catherine Deneuve et Jacques Perrin ? Un doux moment de rêverie où nos deux tourtereaux se demandent comment faire pour profiter de tous les plaisirs de la vie. (On a pas tou.te.s les mêmes problèmes visiblement)

Le choix de Romain : « Happily Ever After », Once Upon a Mattress

Mais ne vous y fiez pas, toutes les princesses de contes ne nagent pas naturellement dans le bonheur. Pour certaines, cette pression du « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » est assez difficile à vivre. Surtout pour les princesses, comme notre pauvre Winifred, qui ne correspondent pas aux canons classiques attribués à leur rang. Pourquoi Carol Burnett n’aurait pas le droit au même bonheur que Catherine Deneuve ?

Le choix de Florian : « Agony », Into the Woods

Décidément, les princes et princesses passent beaucoup de temps à se plaindre. Ouin ouin je suis un prince solitaire… Ouin ouin ma bien aimée me fuit (pose-toi les bonnes questions mec). Ouin ouin ma bien aimée est inaccessible (une tour sans porte, ni escalier, c’est pas non plus la mer à boire). Il aurait été plus judicieux de consacrer cette énergie à pourchasser les géants du coin, mais passons… Quand on écoute les douces voix de Gavin Creel et Joshua Henry on pardonne tout.

Le choix de Thomas : « King of New York », Newsies

Pas besoin de couronne pour se sentir roi/reine. Regardez les petits vendeurs de journaux syndicalistes de Newsies : ils sont littéralement fauchés, exploités par une grande entreprise, et pourtant ils sont persuadés d’être les rois de New-York. C’est beau de rêver.

Le choix d’Eve-Marie : « Le Roi de Broadway », Les Producteurs

Quand certain.e.s se revendiquent roi ou reine de quelque chose, d’autres vont plus loin et achètent leur titre (ce qui demande d’avoir certains moyens). Max Bialystock était littéralement le roi de Broadway (ce qui est déjà plus raisonnable que New York) avant son inévitable déchéance. Mais pas d’inquiétude, le bonhomme a de la ressource.

Le choix de Fabrice : « Les Rois du monde », Roméo et Juliette

New-York, Broadway… Tout ça manque cruellement d’ambition. Nos amis les Montaigus briguent visiblement la régence du monde. Pourquoi ? Parce qu’ils font l’amour, ils vivent la vie jour après jour, nuit après nuit… (Ne faites pas comme si vous ne connaissiez pas la suite.)

Le choix de la rédaction : « Shall We Dance », The King and I

Pour la petite histoire, un trio de chroniqueurs a fait pression sur le reste du groupe pour qu’une chanson de Diana The Musical soit le choix de la rédaction, malheureusement sans succès. Nous avons donc opté pour un choix plus classique mais indémodable. Il aurait été dommage de faire une playlist sur la royauté sans même mentionner The King and I.

Et vous, quelle chanson de comédie musicale vous donne des élans royalistes ?

Romain Lambert

Romain Lambert

Membre de Musical Avenue depuis juin 2012, je suis passionné bien évidemment de comédies musicales mais aussi de ballets. Je passe la majorité de mes soirées entre l'Opéra Garnier, Bastille et le Théâtre du Châtelet. Je voue un véritable culte a Stephen Sondheim et j'essaye de chanter "Glitter and be Gay" sous la douche.
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOS PODCASTS

Retrouvez tous nos épisodes de "Musical Avenue, le Podcast" ! Infos, anecdotes, rires ou coups de gueule sont au rendez-vous de ce nouveau format lancé en mai 2022

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !