“Bernadette de Lourdes” se dévoile au Val-de-Grâce

Un avant-goût du spectacle musical inspiré de la vie de Bernadette Soubirous, qui prendra résidence sur la scène de l'Espace Robert-Hossein de Lourdes à partir du 1er juillet prochain avant un départ en tournée mondiale, a été donné le 7 novembre dernier au sein de l'Eglise Notre-Dame du Val-de-Grâce à Paris.

L'idée du spectacle musical Bernadette de Lourdes est venue à Roberto Ciurleo et Eléonore de Galard (Robin des Bois ; Les Trois Mousquetaires) au début de l'aventure Robin des Bois. A l'occasion d'un détour par la fameuse grotte de Massabielle, Eléonore de Galard avait déclaré : "Si Robin des Bois marche, ce sera grâce à Lourdes". Résultat, le show aura attiré plus de 800 000 spectateurs en 9 mois d'exploitation. Comme une dette envers ce lieu devenu hautement symbolique pour de nombreux catholiques du monde entier, ils ont ainsi décidé de monter un spectacle retraçant en musique la première partie de la vie de Bernadette Soubirous qui, à partir du 11 février 1858 à la grotte de Massabielle, a déclaré avoir eu 18 apparitions d'une dame habillée de blanc qui se présentera à elle comme étant l'Immaculée Conception. Entre méfiance, rumeurs en tous genres mais aussi ferveur de certains, la jeune fille de 14 ans n'aura eu de cesse de tenter de démontrer ses propos devant les autorités civiles et ecclésiastiques, jusqu'à ce que l’Église catholique reconnaisse officiellement la véracité de ses propos. En 1933, elle sera même canonisée.

De grandes ambitions pour un succès annoncé

Pour ce spectacle, les producteurs se sont entourés du chanteur et compositeur français Grégoire pour la musique, de Lionel Florence et Patrice Guirao, (déjà à l’œuvre sur Les 10 Commandements), pour le livret, ou encore de Serge Denoncourt (Cirque du Soleil) pour la mise en scène. Tous ont travaillé main dans la main avec l’Église catholique pour raconter l'histoire de Bernadette Soubirous à partir de documents authentiques et des procès verbaux de l'époque. Entre autres décors réalisés par Stéphane Roy, une reproduction plus vraie que nature de la grotte de Massabielle occupera la scène de l'espace Robert-Hossein à Lourdes, une salle de 1500 places que la production aménage actuellement entièrement en vue d'accueillir un certain nombre de personnes handicapées ou alitées. Au total, un budget de 10 millions d'euros est consacré à ce spectacle que les producteurs estiment "digne de Broadway" et du Puy du Fou...

Au sein de la communauté catholique, le succès de Bernadette de Lourdes semble en tout cas bel et bien assuré. Pour preuve, le spectacle a d'ores et déjà annoncé une résidence six mois par an à l'Espace Robert-Hossein à Lourdes à partir du 1er juillet 2019, qui attirera sans aucun doute un grand nombre de fidèles en pèlerinage, ainsi qu'une tournée mondiale en Italie, en Amérique latine et en Amérique du Nord. En janvier 2019, la troupe se rendra également au Panama à l'occasion des JMJ, lors du Youth Festival, pour chanter devant plus de 600 000 personnes. Rien que ça. Mais hormis ces événements symboliques pour la communauté catholique et ce triomphe annoncé dans des pays réputés pour leur importante communauté chrétienne, ce spectacle s'adresse-t-il vraiment à tout le monde ?

Un message très ciblé

Dans le rôle de Bernadette Soubirous, on retrouve la jeune Eyma, 16 ans, découverte dans la saison 2 de The Voice Kids. Ses parents, Louise et François Soubirous, sont interprétés respectivement par Sarah Caillibot, également révélée dans The Voice, et David Bàn (1789, les amants de la Bastille ; Les 3 Mousquetaires). L'Abbé Peyramale est joué par Christophe Héraut (Spartacus ; Les 3 Mousquetaires), tandis que Grégory Deck (Dracula, l'amour plus fort que la mort ; Jésus, de Nazareth à Jérusalem) revêt le costume du commissaire Jacomet. Les 5 membres principaux de la troupe étaient présents le mercredi 7 novembre dernier à l'occasion du premier showcase parisien du spectacle. Celui-ci a été présenté au public dans un écrin sur-mesure : l'Eglise Notre-Dame du Val-de-Grâce. Réparti dans la nef et le choeur de l'église, le public présent a pu découvrir 11 chansons issues du spectacle : "Aquero", "Ma Fille", "Qui peut parler de nous", "La Rumeur", "Pourquoi moi", "Ils veulent un nom", "Voir", "En moi", "Sans un père", "Allez dire", et "Madame". Entre deux titres, l'écrivain et journaliste Franck Ferrand s'est improvisé narrateur pour raconter l'histoire de Bernadette Soubirous et situer le contexte.

Pour le premier titre, la ballade "Aquero", Eyma sous les traits de Bernadette Soubirous traverse l'église de la nef jusqu'au chœur, tout de blanc vêtue. L'instant est suspendu, la fraîcheur et la jolie voix de la jeune interprète sont touchantes. Le reste des titres défile alors que le public écoute religieusement et suit les paroles sur un petit livret remis à chacun. Messe ou showcase ? On a parfois du mal à faire le distinguo…

Globalement, malgré une troupe qui a donné le meilleur d'elle-même et quelques jolis titres, la sauce n'a pas pris de notre côté. La faute à plusieurs problèmes techniques dus au lieu, à des morceaux parfois mièvres, mais surtout au message plutôt ciblé et beaucoup moins universel que ne l'affirme la production... De par l'histoire, les paroles des chansons, les choix de communication et même les discours des intervenants en ce 7 novembre, le spectacle s'adresse de notre point de vue à un public de foi chrétienne, et qui plus est, plutôt pratiquant. Mais une chose est sûre, si les non-catholiques pourront aisément se sentir mis de côté, la voix de Bernadette Soubirous/Eyma risque de faire écho dans le cœur des nombreux croyants... Le public a d'ailleurs offert une standing ovation à la troupe en fin de showcase. Pari réussi, donc.


Bernadette de Lourdes, produit par Roberto Ciurleo et Eléonore de Galard

A partir du 1er juillet 2019

Espace Robert Hossein

19 Avenue Alexandre Marqui

65100 Lourdes

Sortie de l'album le 11 février 2019.

Musique : Grégoire ; Livret : Lionel Florence et Patrice Guirao ; Mise en scène et dialogues : Serge Denoncourt ; Scénographie : Stéphane Roy ; Costumes : Mérédith Caron ; Produit par Roberto Ciurleo et Eléonore de Galard

Avec : Eyma, Sarah Caillibot, David Bàn, Christophe Héraut et Grégory Deck.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.