Critique : Les Coquettes dans « Merci Francis » à L’Alhambra

Dans ce tout nouveau spectacle, le trio a bien l’intention de nous faire voir la vie en rose… Mais à sa façon ! Toujours aussi déjantées, Les Coquettes partagent leur vision, sans filtre, de la société mais jamais sans humour et émotion.

C’est un vrai régal de voir à nouveau Lola Ces, Marie Facundo et Juliette Faucon réunies sur scène. Complices, elles se partagent les mélodies et les répliques malicieuses toutes propices à l’improvisation qui très vite reprend ses droits… Tout en feignant une innocente désinvolture, elles dépeignent notre quotidien et les relations humaines en osant tous les sujets. Elles n’ont que faire du « qu’en dira-t-on » débridant nos préjugés de spectateurs bien pensants !

Avec esprit et dérision, Les Coquettes nous donnent l’occasion de réviser l’anatomie féminine, de s’interroger sur sa liberté, de tenter de comprendre à quel moment on devient « vieux » ou encore de savoir ce que signifie vraiment être une belle-mère… Le spectacle cette fois-ci va plus loin. Il est plus intime, lorsque chacune se livre tour à tour avec délicatesse et sensibilité sur ses doutes et ses faiblesses.

Les chansons sont aussi une belle réussite. Les harmonies sont impeccables et magnifiques, elles confirment, s’il fallait le rappeler, tout le talent de ce trio de charme. Les textes caustiques ne font peut-être pas toujours dans la dentelle mais le contraste produit est bien évidemment hilarant.

Les Coquettes sont très bien entourées sur scène avec les chorégraphies rafraîchissantes et entrainantes signées Mehdi Kerkouche sur une mise en scène de Nicolas Nebot. Ce dernier insuffle ici un petit grain de folie. Saluons aussi Thomas Cassis, formidable pianiste qui non content d’accompagner les jeunes femmes avec brio, est partie prenante à la comédie. Que du bonheur !

On nous l’avait promis, c’est aussi efficace qu’une heure de thérapie et c’est encore mieux que des paillettes dans nos vies !


Les Coquettes dans Merci Francis

À L’Alhambra jusqu’au 30 décembre 2021.

Metteur en scène : Nicolas Nebot ; Chorégraphies : Mehdi Kerkouche ; Artistes : Lola Cès, Marie Facundo et Juliette Faucon ; Pianiste : Thomas Cassis

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.