Critique : “Salad Days” à l’Union Theatre jusqu’au 9 septembre

Salad Days, un musical purement british des années 1950, est honnêtement assez étrange. L'histoire est celle de deux diplômés d'Oxbridge qui se rebellent contre leurs parents d’une manière plutôt légère : en se mariant et en obtenant un emploi sans l'influence de leurs mères. L'histoire part vite dans des directions qui nous poussent à nous demander ce que les étudiants ont pu fumer avant de terminer leurs études ! 

Deux amis de fac, Jane (Lowri Hamer) et Timothy (Laurie Denman), charmants ensemble, se retrouvent les gardiens d'un piano magique qui, lorsqu'il se joue en plein air, oblige tout le monde à portée de voix de commencer à danser. Excuse légitime pour quelques numéros enlevés dont le plus connu est "Look Ma I'm dancin'". Pour des raisons inexistantes, cela nuit à l'établissement, précipitant des événements (on ne peut pas vraiment parler d'une intrigue !) qui se déroulent dans une discothèque aux couleurs égyptiennes, puis dans le monde de la haute couture, et qui finit par inclure une soucoupe volante, pilotée par un alien muet : Electrode, qui parle en transmettant des chocs électriques.

Le livret, jusqu'alors bien rythmé, patauge un peu à ce moment précis du spectacle. En bref, Salad Days est tellement tiré par les cheveux qu’il rend le Rocky Horror Show très plausible. Et pourtant, il est tellement délicieusement british, plus encore que The Boydfriend du compositeur rival de Julian Slade : Sandy Wilson, et fait écho à Gilbert et Sullivan, à la danse de Morris et au monde de Brideshead Revisited, de sorte que l'on ne peut qu'accepter complètement ses excentricités.

La production sympathique aide aussi : le metteur en scène Bryan Hodgson a réussi à transformer la scène de l'Union Theatre en un véritable espace de parc, tout en le gardant peuplé d'une multitude de personnages et de caricatures qui sont tous distrayants à regarder. En plus de l’exubérance de la chorégraphie de Joanne McShane, il y a un esprit d'amusement présent tout au long du spectacle, même pendant les ralentissements dans le rythme du livret de Dorothy Reynolds et Julian Slade. 

Dans un choix inhabituel mais bienvenu, l’orchestre est placé sous l'imposant escalier placé sur scène et non sur le côté comme généralement à l'Union Theatre, ce qui l'intègre plus encore au spectacle. L'orchestre à trois membres met en valeur également les voix de l'ensemble. Alors que Laurie Denman est un jeune premier plutôt tranquille, sa partenaire Lowri Hamer est une soprano plus résonnante, et les performances de Stephen Patrick, Tom Norman et James Gulliford donnent un bon équilibre entre les voix masculines.

Sur le plan vocal, cependant, la meilleure performance est celle de la chanteuse Maeve Byrne, qui joue Asphynxia. En faisant ses débuts professionnels, Emma Lloyd a elle plusieurs occasions de montrer ses capacités comiques.  Tout aussi impressionnant est le rôle muet, joué par Jacob Seickell. Certes, lorsque la soucoupe volante apparaît au milieu de deuxième acte, l'histoire et le rythme partent un peu en vrille mais même là, les chansons de Slade restent légères et aérées, défiant à quiconque de ne pas partir avec un sourire sur le  visage.

C'est peut-être l'un des spectacles les plus excentriques du théâtre musical britannique, mais Salad Days est aussi l'un des plus enjoués et la production du Union Theatre capte cette luminosité de manière convaincante . Un classique méconnu qui était avant l'arrivée d'Oliver, the musical le musical qui est resté le plus longtemps à l'affiche à Londres. A ne pas manquer avant le 9 septembre à l'Union ! 


Salad Days

A l'Union Theatre à Londres, du 16 août au 9 septembre 2017
Un musical de Julian Slade et Dorothy Reynols ; Mise en scène : Bryan Hogdson ; Assistant mise en scène : Samuel Hopkins ; Chorégraphies : Joanne McShane ; Direction musicale : Elliot Styche ; Scénographie : Catherine Morgan ; Création lumières : Jack Weir ; Productions : Sasha Regan (pour l'Union Theatre) et Ben Dewynter
Avec : Lowri Hamer, Laurie Denman, Maeve Byrne, Darrie Gardner, James Gulliford, Emma Lloyd, Lewis McBean, Sophie Millett, Karl Moffatt, Tom Norman, Stephen Patrick, Francesca Pim, Jacob Seickell, Tom Self, Ashlee Young

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.