Critique : “Thoroughly Modern Millie” à Kilworth House

Une soirée magique at Kilworth House, perdu dans la magnifique campagne anglaise entre Leicester et Birmingham dans les East Midlands.  Le domaine de Kilworth House propose chaque été au moins deux comédie musicales. 

La réputation de leur théâtre n’est plus à faire, mais cette année ils se sont surpassés. Tout d’abord avec une production de West Side Story,qui a été encensée par la presse et depuis deux semaines et jusqu’au 11 septembre prochain avec Thoroughly Modern Millie, nous offrant une production dont la qualité tant au niveau de la distribution, de la mise en scène, de la chorégraphie et des costumes. Elle dépasse ainsi largement la version du West End de 2004. 

Un spectacle sur un sujet méconnu

Basé sur un film à succès de George Roy Hill avec Julie Andrews, lui-même inspiré d’un vieux musical anglais méconnu appelé Chysanthemum abordant le thème rarement abordé de la traite des blanches, Thoroughly Modern Millie est un hommage des années 20 à l’époque de la prohibition, du Charleston et des Flappers. En fait, Universal Studios n’ayant pas les droits pour filmer "The Boy Friend" (le musical anglais qui a révélé Julie Andrews au public américain en 1962), le scénariste Richard Morris a créé une histoire originale se déroulant dans le même univers. Le livret du musical sur scène que Morris a signé avec Dick Scanlan suit de très près les dialogues du film, mais réactualise considérablement l’intrigue, en lui injectant encore plus d’humour. 

millie001

Après avoir tourné plusieurs années dans tous les Etats-Unis, Thoroughly Modern Millie est arrivé finalement sur Broadway en 2002 et a raflé 11 nominations aux Tony Awards, Au final, le spectacle en a gagné six dont "Meilleur Musical", "Meilleur Chorégraphie" (Rob Ashford), "Meilleur Orchestration" (Doug Besterman et le légendaire Ralph Burns), "Meilleurs Costumes", "Meilleur Rôle Secondaire Féminin" (Harriet Sansom Harris dans le rôle de Mrs. Meers, repris ici par l’excellente Rachel Stanley) et "Meilleure Actrice Principale" pour Sutton Foster qui, après avoir commencé dans les chœurs, a été propulsée en tête d’affiche quand l’actrice principale s'est faite virée juste avant la première à Broadway. Pour les connaisseurs, ceci rappelle évidement le scénario de 42nd Street, bientôt à Paris. A Broadway aussi la vie imite l’art !

Une distribution hors normes dans un cadre de rêve

Michelle Francis, doublure dans Mike and Mabel à Chichester l’été dernier et également doublure de Glinda et Nessarose dans Wicked à l’Apollo Victoria, est une "triple-threat" de même calibre succédant dignement à Sutton dans le rôle principale de Millie et Clara Halse, vue l’an dernier dans le rôle de Kathy Seldon dans Singing in the Rain au Théâtre du Châtelet, est une excellent Miss Dorothy, aussi brillante dans ses chants que dans sa danse. Ashley Day, vue dans Kiss Me Kate avec l'Opera North, The Drowsie Chaperon (au "Upstairs at the Gatehouse") et The Book of Mormon dans le West End, est le parfait jeune premier, tant par la brillance de sa voix, son physique avantageux et la dose nécessaire de vulnérabilité.

millie002

Matthew McKenna, tout droit sortie de Sunset Boulevard avec Glenn Close où il a fait en mars dernier à la fois partie de l’ensemble et doublure du rôle principal, après avoir joué lui aussi Singing in the Rain au Théâtre du Châtelet dans le rôle du Ténor, accentue de manière cocasse le coté gay du personnage du patron Trevor Graydon. Quant à Irene Myrtle Forrester dans le rôle de Muzzy, elle excelle dans ses deux solos jazzy « Only in New York » et « Long as I’m here with You », tout comme Michelle Bishop dans le rôle de Miss Flannery, avec sa brillante performance en claquettes dans « Don’t Forget about the Boy », qui ouvre le deuxième acte. 

millie003

La mise en scène de Steven Mear, qui va cet automne nous donner sa version du 42nd Street au Théâtre du Châtelet, après y avoir mis en scène Singing in the Rain, signe ici une mise en scène toujours efficace et une chorégraphie invariablement brillante et inventive. Même si la perfection n’existe pas, cette production de Thorougly Modern Millie s’en approche beaucoup plus que n’importe quel musical actuellement dans le West End.  Si vous ne pouvez pas vous rendre à Kilworth House avant le 11 septembre, cette œuvre à redécouvrir fera l’objet d’une nouvelle tournée nationale à partir du 17 janvier 2017 à Wimbledon. Une bien bonne nouvelle puisque grâce à la brillante partition de Jeanine Tesori (Shrek ; Caroline or Change ;Violette) elle représente le compromis idéal entre l’ancien et le moderne !


Thoroughly Modern Millie

À Kilworth House, jusqu'au 11 septembre 2016

Avec : Michelle Francis, Clara Halse, Ashley Day, Matthew McKenna, Irene Myrtle Forrestes, Michelle Bishop

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.