“Le Roi Lion” de retour au Théâtre Mogador de Paris en 2020

Stage Entertainment a lancé sa production de Ghost - Le Musical au Théâtre Mogador de Paris il y a seulement quelques jours. Pour une fois, la traditionnelle attente avant l'annonce du spectacle de la saison suivante aura été de courte durée : la société de production a annoncé le 7 octobre 2019 le retour du Roi Lion dans l'enceinte parisienne. Choix surprenant ? Pas forcément...

2005 - 2020 : Un retour royal pour célébrer 15 ans à Paris

Nous sommes en 2005. La société de production hollandaise Stage Entertainment désire s'implanter en France et achète le Théâtre Mogador et y poursuit une programmation éclectique. Alors que la première comédie musicale importée en France par Stage Entertainment fait ses débuts aux Folies Bergère pour la saison 2006/2007, les auditions pour la production française de Le Roi Lion sont lancées en novembre 2006. Le spectacle effectuera ses premiers pas le 26 septembre 2007 au Théâtre Mogador et y restera trois saisons consécutives. Témoin de ce succès, les 1000 représentations auront attiré 1,3 millions de spectateurs, ouvrant la voie à tous les spectacles qui ont suivi, de Mamma Mia! à Sister Act, en passant par La Belle et la Bête, Le Bal des Vampires, Cats, Grease, Chicago et désormais Ghost - Le Musical.

Quoi de mieux pour célébrer les quinze années de Stage Entertainment en France que de faire revenir à Paris son plus grand succès ? La production s'appuie également sur une grande consultation lancée en juin, qui proposait aux internautes de voter pour le spectacle qu'ils souhaiteraient le plus voir sur scène, à choisir parmi Anastasia, Aladdin, Mary Poppins, et donc Le Roi Lion. La reprise a été plébiscitée devant trois spectacles pourtant inédits en France.

Stage Entertainment peine toujours à trouver son modèle économique

Derrière le satisfecit naturel affiché par Stage Entertainement, on peut néanmoins s'interroger sur la pertinence d'un tel retour, mais aussi sur sa signification. Depuis plusieurs années, différentes stratégies ont été tentées pour attirer le public, mais le modèle du "Broadway à Paris" que l'on évoquait à la fin des années 2000 semble désormais inaccessible.

Ainsi, malgré un succès critique systématiquement au rendez-vous, le public semble toujours plus difficile à conquérir, et l'offre de comédie musicale à gros budget à Paris diminue un peu plus chaque année. Si Cabaret avait été un gros succès populaire, confirmé par la reprise au Théâtre Marigny en 2011, Le Roi Lion est incontestablement la grande réussite de Stage Entertainment, avec une production strictement identique à celle de Londres et Broadway. Une entrée fracassante qui sera d'ailleurs récompensées de trois Molières.

Ce succès conduit la société de production à lancer en parallèle un second spectacle, en l'occurrence Zorro - le musical, aux Folies Bergère pendant la saison 2009/2010. Le résultat est mitigé et sonne le glas des deux spectacles produits en parallèle. Mais les sourires reviennent rapidement avec Mamma Mia!, resté à l'affiche deux saisons complètes après Simba et ses amis, malgré le risque que représentait la traduction des chansons d'Abba.

Sister Act est le premier spectacle qui ne restera au Théâtre Mogador qu'une unique saison, et marque le départ d'un nouveau modèle économique amorcé avec Mamma Mia!. Loin de l'exigence du Roi Lion en termes de moyen, le choix est porté sur des spectacles en configuration "tournée", plus faciles à rentabiliser. C'est le cas de Sister Act en 2013/2014, puis de La Belle et la Bête en 2014/2015, qui voit en plus une première tentative de "tête d'affiche" ponctuelle avec Vincent Niclo. Malgré des titres aguicheurs, ces productions peinent à attirer un public justifiant la prolongation sur une saison supplémentaire. C'est également avec La Belle et la Bête que s'arrêtent les enregistrements audio des spectacles et les ventes de CD.

Arrive ensuite Le Bal des Vampires, avec Roman Polanski, nouvelle tête d'affiche à la mise en scène. Un nom sur lequel Stage Entertainment axe sa communication, mais qui ne suffira pas à attirer le grand public malgré des moyens très importants. L'œuvre, très particulière, a d'ailleurs connu un échec retentissant à Broadway. Ce choix audacieux et risqué constitue sans doute à ce jour du plus grand échec commercial de la société hollandaise à Paris. Néanmoins, il s'agit d'un nouveau tournant dans la stratégie de Stage Entertainment, puisqu'il s'agissait d'une "re-création" pour Paris.

Le retour du Roi Lion : vraie ou fausse bonne idée ?

L'ère des "re-créations" se poursuit avec Cats - avec Chimène Badi en nouvelle tête d'affiche ponctuelle - et Grease, programmés pour une saison et dont les résultats auront été plutôt corrects en termes d'audience. Cela dit, on dirait peut-être tout autre chose si Le Fantôme de l'Opéra n'avait pas connu une regrettable annulation due à un incendie. La chance, ou le destin ? Toujours est-il qu'après une pause dans cette phase et un succès public moyen pour Chicago malgré la présence de Sofia Essaïdi, Stage Entertainment reprend avec Ghost - Le Musical dans cette lignée de produire des titres, en s'émancipant des originaux via un processus partiel ou total de réinvention. Une forme de compromis entre la pauvreté des productions type "tournée" et les gros budgets comme sur Le Roi Lion ou Le Bal des Vampires. En somme, il s'agit d'essayer d'attirer le plus grand public en limitant les risques, et donc les coûts.

Néanmoins, alors qu'une forme de stabilité est observée, un nouveau virage s'opère avec le retour de Mufasa et Scar sur les planches du Théâtre Mogador, dans la mise en scène désormais culte créée par Julie Taymor. Treize ans après, le risque est limité : la qualité du spectacle saura attirer les nostalgiques mais aussi celles et ceux qui n'ont pas vu le spectacle il y a treize ans, en particulier parce que trop petits ou pas encore nés. Et on parle quand même du plus grand succès de tous les temps d'un dessin animé Disney...

Cependant, le résultat de la consultation est plus inquiétant. Si on imagine que c'est le public de "fidèles" qui a répondu, ils préféreraient donc revoir une comédie musicale que d'en découvrir une nouvelle. Cela n'augure rien de très encourageant pour l'avenir du genre en France, si le public ne montre pas d'intérêt par exemple pour Mary Poppins, qui est pourtant un spectacle extraordinaire et un titre accrocheur. Une lecture plus pessimiste encore pourrait lier le retour du Roi Lion au rachat de Stage Entertainment par le groupe de médias américain Advance, survenu fin 2018, et une recherche de rentabilité au détriment de l'intérêt artistique. Seul l'avenir nous éclairera sur l'impact de ce changement de propriétaire pour l'Hexagone.

Cela étant dit, avoir un spectacle comme Le Roi Lion à Paris reste une chance, et on ne peut qu'espérer qu'il rencontre un succès total, afin de redonner de l'élan à une industrie qui en a bien besoin. En espérant que cette fois, nous ayons le plaisir d'avoir les chansons dans la version française du film des studios Disney. Avec tout le respect que l'on a pour le travail d'adaptation de Stéphane Laporte, on y tient à nos paroles ! En attendant, les auditions démarrent fin octobre pour tous les rôles (retrouvez l'avis d'audition et les modalités ici).

En attendant, vous pouvez (re)découvrir la bande-annonce du spectacle :


Le Roi Lion, de Roger Allers et Irene Mecchi

A partir de l'automne 2020 et pour la saison complète

Au Théâtre Mogador
25 rue de Mogador, 75009 Paris

Livret : Roger Allers et Irene Mecchi ; Musique : Elton John ;  Paroles originales : Tim Rice ; Mise en scène : Julie Taymor.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.