Compte-rendu : filage des “Choristes” aux Folies Bergère

Nous avons assisté au filage du spectacle Les Choristes sur la scène mythique des Folies Bergère qui a accueilli bon nombre d’icônes du music-hall : Yvette Guilbert, Maurice Chevalier, Mistinguett, Joséphine Baker, ou même Charlie Chaplin et Jean Gabin.

Dès le 23 février prochain, ce sont les voix cristallines des enfants de la Maîtrise des Hauts-de-Seine qui résonneront sur ces planches pour l’adaptation scénique du film événement de 2004 : Les Choristes.

Un spectacle au delà d’une simple adaptation

La comédie musicale Les Choristes a fait l'objet d'un véritable retravail par son réalisateur, Christophe Barratier, ainsi que toute l'équipe artistique du film. Avec un total de six chansons inédites composées spécialement par Bruno Coulais et qui s’ajoutent aux grands classiques du film ("Vois sur ton chemin", "La Nuit" de Rameau, "Cerf-Volant"), le spectacle se veut davantage qu’une simple adaptation du film : dans cette version, tout le monde chante, et pas seulement les enfants ! Quelques belles surprises seront ainsi à découvrir, comme le tango de Rachin sur "Action, réaction". Le décor, signé Stéfanie Jarre (Salut Les Copains ; Love Circus), est poétique et d’une grande ingéniosité, il relève le défi d’une pièce alternant scènes d’extérieur et d’intérieur. 


Rencontre avec les comédiens

À l’issue du filage, nous avons eu l’opportunité de rencontrer les comédiens, de dialoguer avec eux et de recueillir leurs témoignages.

Jean-Louis Barcelona, comédien familier du paysage audiovisuel français (Astérix ; Adèle Blanc Sec) et des planches parisiennes (Les Deux Canards avec Isabelle Nanty ; L’Amour sur un Plateau de et avec Isabelle Mergault) interprète Clément Mathieu, professeur de musique au chômage et mélomane passionné se retrouvant, par nécessité, surveillant du pensionnat Fond de l’Étang. Plus connu pour ses personnages clownesques et fantasques, Jean-Louis Barcelona évoque un "virage à 360°" en ce qui concerne l’aspect dramatique du rôle. Virage dans sa carrière aussi, puisque le comédien se voit initié pour la première fois à la comédie musicale : "Ils cherchaient des comédiens qui savent chanter, j’y suis allé sans trop espérer. Mais le personnage me plaisait beaucoup, ce qui s’en dégageait… L’histoire est très belle". Un travail en profondeur avec le coach vocal Baptiste Famery (Tobbie & Sarah ; Quand la Guerre sera finie) lui a permis de développer sa technique de chant et de prendre l’habitude de jouer avec un micro. "Une comédie musicale, c’est un travail énorme ! ". Son plus grand défi : la direction de la chorale des jeunes chanteurs de la Maitrise des Hauts-de-Seine "Quand on travaille avec trente enfants, trente jeunes choristes, il ne faut pas les perdre. Cela prend du temps d’apprendre, il faut s’imprégner. Maintenant, je chante presque avec eux ! "


Lorsque l’on évoque la difficulté de succéder à Gérard Jugnot, le comédien préfère relativiser et insister sur l’importance de trouver son propre style, sa propre interprétation. S’est-il inspiré du travail de l’acteur dans le film de 2004 pour créer sa version du personnage ? "Pas vraiment. Mais on est évidemment toujours imprégné par les précédents interprète d’un même rôle, comme Noël-Noël dans La Cage aux rossignols [NDRL : pièce dont s’est inspiré Christophe Barratier pour le film Les Choristes]. Il y a comme un fil rouge qui va de Clément Mathieu en Clément Mathieu".


Le féroce Rachin est lui interprété par Patrick Zard, habitué du théâtre musical. Ayant déjà joué dans la pièce musicale Secret Défense de Jean-Paul Farré (2005) ainsi que dans des classiques lyriques tels que La Belle Hélène d’Offenbach, Patrick Zard se définit lui-même comme un "comédien qui aime chanter", et se déclare fan de comédies musicales. Ses derniers coups de cœur : Cats et Le Roi Lion. À propos de son rôle en tant que Rachin, directeur aigri et désillusionné de la pension Fond de l’Étang, Patrick Zard évoque un "plaisir jubilatoire" : "C’est un vrai bonheur ! On me demande assez rarement de jouer les méchants, et là c’est un cadeau du ciel que m’a fait Christophe Barratier quand il m’a proposé ça. […] Je n’ai pas hésité une seconde, j’ai dit oui tout de suite ! ".

Quant à Victor Le Blond, qui incarne un Mondain qui promet d’être plus vrai que nature, c’est sa première fois sur scène. À l’origine acteur pour le cinéma et la télévision (La Guerre des boutons en 2011 ; Cassandre), il apprécie le nouveau rapport au public que lui offre le théâtre : "au théâtre, on a moins le droit à l’erreur. Ça demande d’être présent et concentré à 200% au moment où l’on rentre sur le plateau". Formé à l’École du Jeu de Paris, c’est surtout grâce au coaching de Baptiste Famery que Victor a trouvé sa voix et la confiance pour monter sur scène dans l’adaptation du film qu’il se souvient voir vu lorsqu’il avait 7 ans. "Je connaissais quelques comédies musicales, je ne m’étais jamais vraiment penché sur le sujet. J’aimais bien ça, mais là, d’en faire partie, c’est vraiment magique, surtout que je ne l’ai jamais fait avant".



Les Choristes - le spectacle musical, de Christophe Barratier et Bruno Coulais

À partir du 23 février aux Folies Bergère
32 rue Richer - 75009 Paris

En tournée dans toute la France

Mise en scène : Christophe Barratier

Avec : Jean-Louis Barcelona, Patrick Zard, Aude Candela, Jean-Pierre Clami, Michel Pilorgé,Victor Le Blond, Le chœur d'enfants de la Maîtrise des Hauts-de-Seine

0 réponses

  1. […] tire son épingle du jeu n'est pas forcément celui qu'on attendait : il s'agit de Victor Le Blond dont c'est le tout premier spectacle, et a fortiori sa première comédie musicale, Il incarne un adolescent rebelle, mondain, avec un investissement passionné et un charisme […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.