Critique : "Anastasia, the musical" à Broadway

Dans la vague des adaptations scéniques de dessin animés de Walt Disney, Anastasia est un cas particulier parce qu’il n’est justement pas de Walt Disney et qu’il arrive plus de vingt ans après, lui-même s’inspirant du film de 1956 pour lequel Ingrid Bergman remporta un Oscar. 

Le livret de Terrence McNally (dont c’est la troisième collaboration avec le compositeur Stephen Flaherty et sa parolière Lynn Ahrens après Ragtime et A Man of No Importance) est loin d’être destiné aux enfants, même s’il garde un aspect « conte de fées », tout en étant bien enraciné dans le contexte politique de la Révolution d’Octobre. En complément des deux grands tubes ultra connus du dessin animé (« Journey to the Past » et « Once Upon a December »), de nouvelles chansons ont été ajoutées à la fois pour faire avancer l’intrigue mais aussi pour proposer du pur spectacle comme « The Land of Yesterday », le grand numéro du deuxième acte mélangeant la musique russe au jazz des années folles, qui met en évidence par la même occasion l’énorme talent en danse de Caroline O’Connor, que le public parisien a pu découvrir au Théâtre du Châtelet dans On the Town en 2008 et dans le rôle de Mrs Lovett dans Sweeney Todd en 2011.

John Bolton (Vlad), Caroline O'Connor (Lily) et la troupe de « Anastasia » © Matthew Murphy

Le reste de la distribution est au même niveau d’excellence avec en tout premier lieu la jeune Christy Altomare, vue à Broadway dans le rôle de Sophie dans Mamma Mia! et off Broadway dans Carrie, parfaite dans le rôle principal. Derek Klena, également vu à Broadway dans Bridges of Madison County et Wicked, campe un Dmitry très séduisant face à Ramin Karimloo, nommé aux Tony Awards pour son interprétation de Valjean dans Les Misérables. Il joue parfaitement Gleb, le jeune membre des autorités dont l’amour sauve la vie d’Anastasia. John Bolton, nommé aux Astaire Awards l’an dernier pour Dames at Sea est une présence rassurante dans le rôle de Vlad et un partenaire de choix pour Caroline O’Connor dans le rôle de la comtesse Lily. Enfin, dans le rôle de l’impératrice, Mary Beth Peil, nommée aux Tony Awards pour The King and I en 1985, apporte une noblesse authentique et beaucoup de chaleur humaine à son rôle.

Nicole Scimeca (Anya enfant) et Mary Beth Peil (l'Impératrice) © Matthew Murphy

La mise en scène de Darko Tresnjak et la chorégraphie de Peggy Hickey – incluant un clin d’œil au Lac des Cygnes et un brillant numéro de Charleston – sont d’une efficacité irréprochable, mais les décors d’Alexander Dodge et les gigantesques projections Aaron Rhyne sont simplement à couper le souffle et nous transportent dans un Saint-Pétersbourg et un Paris absolument magique. Parmi les nouveaux numéros, on appréciera les clins d’œil à My Fair Lady avec « Learn to do it » où Dmitry et Vlad apprennent à la jeune Anya l’art de vivre des Romanoff à la manière de Higgins et Pickering éduquant Eliza sur la pluie en Espagne. La séquence « Stay, I Pray You », chantée par un groupe de Russes partants en exil, n’est elle pas sans rappeler « Anatevka » dans Le Violon sur le toit

Christy Altomare (Anya) et Derek Klena (Dmitry) © Matthew Murphy

Anastasia néanmoins utilise toutes ces références de manière inspirée, constituant un musical de facture classique comme on n’en fait malheureusement plus beaucoup, tout en attirant de par son histoire la nouvelle génération, au point que des hordes d’adolescents se ruent à la porte des coulisses à la fin de chaque représentation pour rencontrer les artistes comme s’il s’agissait de rock stars ! Produit par Stage Entertainment, Anastasia aura, quel que soit son destin à Broadway, une vie assurée en Europe, à coup sûr en Angleterre, Allemagne et aux Pays-Bas, et on espère très fort en France. Ce spectacle constitue un exemple rare d’un musical assez populaire pour survivre à des critiques mitigées et le peu de nominations aux Tonys Awards (seulement deux), tout en étant une œuvre de très haute qualité ne tombant jamais dans la facilité commerciale dans laquelle elle aurait pu tomber en adaptant un dessin animé à succès.

Anastasia, the musical
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOS PODCASTS

Retrouvez tous nos épisodes de "Musical Avenue, le Podcast" ! Infos, anecdotes, rires ou coups de gueule sont au rendez-vous de ce nouveau format lancé en mai 2022

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !