Critique : “Paris Chéri(es)” au Théâtre Trévise

Christophe Mirambeau et la compagnie Les Frivolités Parisiennes nous invitent à une fantaisie-revue délicieusement désuette et polissonne.

"Tout ce que vous avez toujours voulu qu'on vous chante sur le sexe, sans jamais oser le demander !"
La promesse offerte par Christophe Mirambeau (Yes! ; historien du théâtre musical) n'est pas vaine : il a conçu, autour d'une vingtaine de titres méconnus de la première moitié du XXème siècle, un hommage raffiné aux chansons coquines typiques de l'opérette et des petits cabarets parisiens de la IIIème république. Loin de céder à la facilité du récital piano-voix grivois, c'est une véritable revue à l'ancienne avec robes, paillettes, smokings et coiffes de plumes qu'il nous propose. Il se fait plaisir tout en cherchant à nous faire plaisir, sans se soucier du potentiel commercial réduit d'un tel projet.
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il fait mouche avant même le lever de rideau.

Pascal Neyron et Charlène Duval dans

Pascal Neyron et Charlène Duval dans "Paris Chéri(es)" au Théâtre Trévise

Dès les premières notes, quel ravissement c'est d'entendre les seize musiciens du Frivol'Ensemble interpréter l'ouverture composée par Antoine Lefort ! L'occasion d'entendre une formation si nombreuse (et talentueuse) est trop rare pour qu'on ne savoure pas le bonheur de passer la soirée en leur compagnie. Nous voici plongés dans l'ambiance des revues du Moulin Rouge, du Casino de Paris, de l'Eden Palace… et ce n'est pas le format merveilleusement suranné du spectacle qui gâchera l'affaire.

Une distribution de talent

L'excellent quintette d'interprètes, mené en tête par un charmant compère de revue en la personne de Pascal Neyron (Les élans ne sont pas toujours des animaux faciles), nous livre une prestation de toute beauté, pleine d'humour et de talent. On retrouve avec plaisir la voix irrésistible de Léovanie Raud (La Belle et la Bête ; Yes!), l'élégance titi de Charlène Duval, aux côtés desquels Alexis Mériaux (Monsieur Choufleuri ; Robin des Bois – La légende au presque) et Guillaume Beaujolais (Shrek – Le Musical ; La Petite Fille aux Allumettes) apportent des touches d'humour bien senties.

Léovanie Raud, Charlène Duval, Pascal Neyron, Alexis Meriaux et Guillaume Beaujolais dans

Léovanie Raud, Charlène Duval, Pascal Neyron, Alexis Meriaux et Guillaume Beaujolais dans "Paris Chéri(es)" au Théâtre Trévise

Le double-sens n'est jamais appuyé, la retenue est de mise, et la mise en scène se veut sobre et sophistiquée. Quitte à ce que le comique soit relégué au second plan, dans Paris Chéri(es), ce sont les paroles et leurs musiques qui sont les véritables stars.

Extraites de comédies musicales, de revues, films, et même de musicals d'entre-deux-guerres, ces chansons oubliées trouvent une seconde jeunesse épatante. Les somptueuses nouvelles orchestrations de Jean-Yves Aizic, Antoine Lefort, Matthieu Michard et Christophe Mirambeau nous entraînent dans un tourbillon irrésistible de rumba, jazz, polka, swing…

Léovanie Raud dans

Léovanie Raud dans "Paris Chéri(es)" au Théâtre Trévise

Un répertoire (d)étonnant

Tout le concept réside d'ailleurs dans l'audacieuse entreprise de faire (re)découvrir un répertoire gaillard, démodé, mais toujours aussi savoureux, dans des arrangements grandioses. Cela donne d'ailleurs des tableaux déroutants et improbables, comme "À Bouffémont (Le Tsoin-Tsoin)", référence absolue de la chanson interlope des années 1930, qui n'a vraisemblablement jamais connu accompagnement aussi sérieux.
D'une scène à l'autre, ce sont les œuvres de Cole Porter ("Si vous aimez les poitrines"), Joseph Kosma ("Le Mambo de Lesbos" ; "Jésus la Caille") Maurice Yvain ("Paris-Béguin"), Raoul Moretti ("Je n'peux pas m'refuser"), créées par Line Renaud ("Je veux") ou Jean Gabin ("Léo Léa Elie") que l'on déguste avec attention.

Jamais ne se représentera telle occasion : Paris Chéri(es) est d'ores et déjà un spectacle collector, un délicieux petit bonbon canaille au goût d'antan, à découvrir très vite !


Paris Chéri(e)sParis Chéri(es), une fantaisie-revue de Christophe Mirambeau

Au Théâtre Trévise
14 rue de Trévise
75009 Paris

Du 3 au 14 janvier 2017
Du mardi au samedi à 20h30

Conception, texte et mise en scène : Christophe Mirambeau ;  direction musicale : Jean-Yves Aizic ; chorégraphies : Caroline Roëlands ; costumes : Daniela Telle ; orchestrations nouvelles : Jean-Yves Aizic, Antoine Lefort, Matthieu Michard, Christophe Mirambeau.

Avec : Guillaume Beaujolais, Charlène Duval, Alexis Mériaux, Léovanie Raud, Pascal Neyron, accompagnés par le Frivol'Ensemble

0 réponses

  1. […] Tous nos articles L'avis de Musical Avenue […]
  2. […] du compositeur de film Maurice Yvain sera présentée par la Compagnie des Frivolités Parisiennes (Paris Chéri(es)) au Théâtre Trévise pour deux représentations exceptionnelles : Gosse de […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.