Playlist du mois de mars : nos plaisirs coupables…

Pour cette playlist du mois de mars, nous avons décidé de nous soulager la conscience en vous dévoilant nos plaisirs coupables musicaux… Attention à vos oreilles et à vos yeux, ça va piquer un peu.

À l’instar des élèves de Glee dans l’épisode 17 de la saison 4, nous nous lançons dans le jeu des « guilty pleasures ». Il est l’heure pour nous de révéler nos petits secrets honteux et de vous livrer les chansons que nous sommes gêné.e.s d’écouter et, pire, d’apprécier. Nous vous prions donc de ne pas nous juger, ce n’est pas évident de se dévoiler comme ça, et de nous pardonner si jamais une de vos chansons préférées se retrouve dans cette sélection…

Le choix de Nathalie : « Take A Chance On Me », Mamma Mia !

On a beau se la jouer esthète de la comédie musicale ne jurant que par Sondheim et Lerner & Loewe, il est parfois bon de débrancher ses neurones et de se vautrer dans le pur divertissement (quelle audace!). Mamma Mia !, le succès planétaire que tout le monde s’excuse d’aimer, est le spectacle/film idéal pour ça. Une histoire de paternité tirée par les cheveux, sur une île grecque, avec les chansons d’ABBA, on signe de suite !

Le choix de Gaby : « What A Feeling », Flashdance

Dans le genre « film musical de réconfort », Flashdance n’est pas mal non plus. Tout respire tellement les années 80 qu’on finit par craquer devant ce film. Qui, en écoutant cette chanson, n’a pas eu envie de se prendre pour Jennifer Beals et se trémousser en petit justaucorps et guêtres ? Cette chanson a vraiment le pouvoir de nous faire sentir invincible. Attention toutefois aux claquages…

Le choix de Thomas : « Let’s Generalize About Men », Crazy Ex-Girlfriend

Ah Crazy Ex-Girlfriend ! Cette petite pépite de série a eu ses hauts et ses bas, mais surtout d’excellentes parodies de chansons et quasiment tous les styles y sont passés. Avec son humour à la fois potache et intelligent et ses mélodies entêtantes, on finit par succomber à la tentation. C’est le cas avec cette chanson, « à la fois féministe et anti-féministe ». Il faut également mentionner leurs vestes qui sont magnifiquement kitsch.

Le choix de Margot : « This World Will Remember Us », Bonnie and Clyde

Parmi les compositeur.rice.s qui divisent l’opinion, Frank Wildhorn est rarement évoqué. Et pourtant ! Mélodiste de génie pour les un.e.s, sous Andrew Lloyd Webber pour les autres, on peut dire que le monsieur ne laisse pas indifférent.e. Broadway ne l’a jamais aimé alors qu’il enchaîne les succès en Autriche et en Asie. On retient quand même de son travail quelques mélodies bien entraînantes, comme ce duo extrait de Bonnie and Clyde.

Le choix de Nicolas : « If », Diana: The Musical

Nous avons déjà écrit en long, en large et en travers sur Diana: The Musical. Après une courte exploitation à Broadway, la captation du spectacle (toujours sur Netflix) est devenue le film le plus nommés aux Razzie Awards cette année. Il est quand même bon de se rappeler de la magnificence de Jeanna De Waal dans le rôle-titre (injustement nommée dans la catégorie de la pire actrice de l’année) qui ne fait qu’une bouchée de ce morceau. (Même si on persiste : « If Charles steps aside and lets my William reign » reste un moment très gênant).

Le choix de Luc : « Bikini Bottom Day », Spongebob Squarepants

Quand on a l’impression que tout a déjà été adapté en comédie musicale, Broadway sort l’artillerie lourde et nous pond un spectacle sur Bob l’éponge ! Oui le monsieur carré qui vit dans un ananas géant au fond de la mer. Le résultat a divisé tout Broadway mais a quand même récolté douze nominations aux Tony Awards (et n’en a remporté que deux au final, The Band’s Visit ayant gagné tout le reste). Que vous trouviez ça ingénieux ou ridicule, ce spectacle ne vous laissera pas indifférent.e.

Le choix de Philémon : « Bye Bye Birdie », Bye Bye Birdie

Parfois un « guilty pleasure » est plus une interprétation précise qu’une chanson ou une œuvre. C’est le cas de ce morceau. En soi, il n’y a rien de honteux à aimer Bye Bye Birdie. Malgré son charme désuet, cet ancêtre du « rock musical » est un monument de la comédie musicale américaine. Mais il faut avouer que cette prestation de la grande Ann Margret, en ouverture du film, est assez improbable. Entre ses bras qui vivent leur propre vie, ses yeux qui font un peu trop l’amour à la caméra et sa manière de supprimer la consonne « d » dans « Birdie », on assiste à un grand moment…

Le choix de Romain : « Chez moi », The Wiz

Notre Mireille Mathieu nationale aime beaucoup la comédie musicale et elle a souvent eu l’occasion de reprendre des standards de Broadway, en anglais comme en français. Ici, elle interprète « Home » de la comédie musicale The Wiz, sur le plateau de Michel Drucker devant Diana Ross, l’un des grandes interprètes de cette chanson. Alors oui, il est facile de se moquer de Mireille Mathieu (sa coupe de cheveux, sa manière de rouler les « r », sa coupe de cheveux…) et l’adaptation est quelque peu hasardeuse (« quand on a roulé autour de la terre… sa bosse »), force est de reconnaître qu’elle a une voix exceptionnelle.

Le choix de Ségolène : « La Chanson des jumelles », Les Demoiselles de Rochefort

Certain.e.s disent qu’il ne faut surtout pas toucher aux chefs-d’œuvre. On est pas forcément d’accord mais il faut avouer que dans certains cas iels n’ont pas tort. Les Demoiselles de Rochefort transposées dans les années 2000 avec toutes les chansons transposées dans un style digne de la Star Academy, c’est… audacieux. Mais Delphine et Solange ont l’air de bien s’amuser et multiplient les vibes. « Oh come on now » comme elles disent !

Le choix de Chloé : « Les Rois du Monde », Roméo et Juliette

Ce tube des années 2000 est un morceau iconique de la comédie musicale de Gérard Presgurvic, mais il est aussi aujourd’hui associé aux soirées de beuveries où elle finit inévitablement par passer vers trois heures du matin, faisant le bonheur des convives et le malheur des voisin.e.s. Allez, tous en chœur : NOUSONFAITLAMOURONVITLAVIEJOURAPRÈSJOURNUITAPRÈSNUIT… (Le clip vaut également son pesant en cacahuètes).

Le choix d’Eve-Marie : « A quoi bon », Les Milles et une vie d’Ali Baba

Pauvre Ali Baba qui a fait les frais d’une sortie en même temps que Les 10 Commandements et Roméo et Juliette (et Da Vinci, les vrai.e.s s’en souviennent) alors que Notre Dame de Paris était encore à l’affiche. Un spectacle qui a vu le jour au mauvais endroit, au mauvais moment et qui n’a pas visé le bon public. Certes tout n’était pas parfait, mais on se surprend parfois à réécouter certaines chansons.

Le choix de Stéphany : « On My Mind », Les Trois Mousquetaires

Lorsque Les Trois Mousquetaires se sont arrivés au Palais des Sports avec leurs chevaux d’arçon, personne ne pouvait se douter que nous allions assister à un véritable concert pop donné par le Duc de Buckingham entouré de danseur.euse.s à moitié nu.e.s. Et pourtant c’est bel et bien ce qui c’est produit (sûrement une scène qu’Alexandre Dumas avait ôté dans son roman). On peut râler sur l’anachronisme des tenues mais on ne boude pas son plaisir face à ce petit rythme endiablé et Golan Yosef, portant fièrement sa parure de diamants, y est tout bonnement fabuleux.

Le choix de Florian : « Hoedown Throwdown », Hannah Montana : The Movie

Il y a toute une génération qui a été biberonnée aux films et séries Disney Channel, pour le meilleur et pour le pire. N’oublions jamais qu’avant le phénomène « Wrecking Ball », Miley Cyrus était l’une des figures de proue de la chaîne avec Hannah Montana, ce qui a donné des grands moments de musique country comme cette chanson. À vos santiags et chapeau de cowboy !

Le choix de Fabrice : « I Want It All », High School Musical 3

Mais le chef d’œuvre de Disney Channel reste High School Musical. La véritable trilogie des années 2000 (Le Seigneur des Anneaux peut aller se rhabiller). Même si Troy et Gabriella sont (soi-disant) les personnages principaux, Sharpay est la vraie reine de cette saga et elle le prouve encore une fois avec ce numéro débordant de mauvais goût (on critique la mode des années 80, mais la mode des années 2000…). On adore. La génération Disney Channel est maintenant adulte mais continue de regarder ces classiques. En cachette.

Le choix de la rédaction : « Rave Party », Cindy Cendrillon 2002

LE plaisir coupable par excellence. Il aurait été indécent de ne pas faire mention de Cindy dans cette sélection. Sûrement la chanson la plus iconique de tout le répertoire de la comédie musicale française (oui oui). Comme vous pouvez le constater, nous n’avons honte de rien.

Et vous, quel est votre plaisir coupable musical ?

Romain Lambert

Romain Lambert

Membre de Musical Avenue depuis juin 2012, je suis passionné bien évidemment de comédies musicales mais aussi de ballets. Je passe la majorité de mes soirées entre l'Opéra Garnier, Bastille et le Théâtre du Châtelet. Je voue un véritable culte a Stephen Sondheim et j'essaye de chanter "Glitter and be Gay" sous la douche.
Partager l'article :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

NOTRE PARTENARIAT AVEC LES TROPHéES DE LA COMéDIE MUSICALE

Retrouvez toutes les dernières actualités sur la prochaine cérémonie des Trophées de la Comédie avec qui nous sommes partenaires !

Nos émissions

Des invités, des actus, des scoops de la bonne humeur dans une émission 100% comédie musicale !
ON AIR !

Nos playlists

Découvrez de nombreuses playlists thématiques, spécialement préparées par notre équipe pour égayer votre journée !

Je fais un don

Soutenez notre association pour continuer de recevoir avec vous en direct vos artistes, créatifs ou producteurs préférés dans nos émissions !