Critique : “Inside” de Bo Burnham sur Netflix

C'est une œuvre assez intrigante que nous propose Bo Burnham depuis quelques semaines sur Netflix. L'humoriste américain révélé sur YouTube en 2006 se met à nu dans une émission spéciale aussi déroutante que fascinante. Inside : voilà le nom de son film tourné durant la dernière année. Coup d'œil sur cet ovni télévisuel qui flirte avec la comédie musicale de manière audacieuse.

"Une comédie musicale mettant en vedette uniquement Bo Burnham". Le synopsis de Netflix prend l'expression au pied de la lettre. "Comédie musicale" : de la comédie en musique ? Si c'est loin de la définition de ce genre théâtral particulier, Inside a certaines caractéristiques qui s'en approchent. Mais surtout, l'œuvre réinvente tout ce qu'on a pu voir auparavant.

Inside Bo burnham Netflix

Sketchs d'humour, vidéoclips, docufiction, concert rock… ? On pourrait certes jouer sur les mots pour qualifier ce qu'est exactement Inside, mais ce serait passer à côté d'une œuvre tout simplement nouvelle, bien ancrée dans notre époque et tout ce qu'elle permet de réaliser. Durant le confinement, plusieurs initiatives originales ont vu le jour à travers le monde, que ce soit les "zoomsicals" ou les chorales virtuelles. De nouvelles manières pour les artistes d'entrer en contact avec leur public quand ils en étaient coupés.

Bo Burnham a lui aussi voulu s'exprimer avec les moyens qu'il avait. C'est donc dans une pièce de sa maison de Los Angeles qu'il a braqué la caméra sur lui-même pour créer "whatever this is". Pendant près de 90 minutes, l'artiste multidisciplinaire nous invite à nous faufiler à l'intérieur de son univers. Il ne s'en cache pas, il a réalisé Inside pour tenir le coup pendant la pandémie, s'accrochant à son projet comme à une bouée de secours. Le comique américain de 30 ans se confie d'ailleurs sur sa propre anxiété et son état dépressif, révélant qu'il était incapable de monter sur scène depuis 5 ans en raison de crises de panique.

Montage, chansons, éclairages, mise en scène, caméra… Bo Burnham a tout fait seul, se transformant en un véritable homme-orchestre pour nous livrer cette captivante expérience sociale.

Entre monologues et parodies, il met en chanson notre ère. Les morceaux d'Inside peuvent à ce sujet s'écouter séparément, tellement ils ont leur propre existence. Tout y passe : les comptes Instagram clichés de "femmes blanches", la sournoiserie des grandes entreprises et même le "sexting". Les thèmes s'alternent avec un humour incisif et des musiques hypnotisantes. Au final, ils forment un grand tout mis en exergue par cette année pas comme les autres.

Inside a fait couler beaucoup d'encre depuis sa sortie et ce n'est pas pour rien. Cette œuvre intelligente, habile et percutante est un sacré tour de force. Ce regard critique qui fait réfléchir tout en amusant, Bo Burnham nous le dévoile avec une sensibilité désarmante. Mais s'il a décidé de repousser la dépression par une action créative, celle-ci n'en demeure pas moins quelque peu égotique. Car le jeune artiste fait partie du monde qu'il dénonce et utilise les mêmes codes qu'il pointe du doigt. Une mise en abîme d'un niveau encore plus profond ? Peut-être bien. À voir et à revoir pour capter toutes ses subtilités.


Inside sur Netflix

De/Avec Bo Burnham

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.