La playlist du mois de juin : “My Heart Belongs to Daddy”

En ce dimanche de fête des pères, nous avons décidé de vous offrir cette playlist rendant hommages aux figures paternelles du répertoire de la comédie musicale.

Choses promises, choses dues. Souvenez-vous le mois dernier, après notre playlist spéciale pour la fête des mères, nous avions juré de ne pas oublier les papas. Alors messieurs, la voici !

Le choix de Stephany : « Edelweiss », The Sound of Music

Si les rôles de patriarches du répertoire sont moins emblématiques que les ceux des matriarches, on relève tout de même quelques figures incontournables. Le capitaine Van Trapp de La Mélodie du Bonheur en est le parfait exemple. Froid et distant au début de la pièce, il finit par fendre sa carapace et à montrer son amour pour ses enfants. À tel point qu'il leur chante une petite chanson au coin du feu. Cette chanson, toute en retenue, nous fait succomber au charme de ce père redécouvrant l'amour après une longue période de chagrin (grâce à Mary Poppins Julie Andrews). Une scène très simple mais tellement efficace.

Le choix de Fabrice : « J'accuse mon père », Mozart l'Opéra Rock

Entre Mozart l'Opéra Rock et Adam et Eve, Solal est sûrement LA figure paternelle dans les comédies musicales françaises. Même si dans les deux cas on ne lui offrirait pas le mug du père de l'année… La relation père/fils dans Mozart n'est pas des plus simples et cette chanson donne peu d'espoir sur un éventuel changement. Leopold Mozart reproduit les erreurs de son père, qui lui-même reproduisait celles de son propre père… Pour l'optimisme on repassera, mais la mélodie rock et entraînante de ce morceau nous fait tout oublier.

Le choix de Florian : « Dear Theodosia », Hamilton

À l'inverse, voici deux hommes qui ne veulent pas reproduire les erreurs de leur père. Ça ne veut pas forcément dire qu'ils vont réussir, mais au moins l'intention est là. Cette chanson très touchante est l'un des rares moments du spectacle où Alexandre Hamilton et Aaron Burr sont en symbiose. Bien que leurs opinions les opposent, on leur trouve des points communs dans la paternité. Une accalmie apaisante bienvenue avant que les deux hommes ne continuent à s'écharper jusqu'à la fin du spectacle.

Le choix de Margot : « Happy/Sad », The Addams Family

Qui a dit qu'un Addams ne pouvait pas avoir des sentiments. Malgré le cynisme qui le caractérise, Gomez laisse ici apercevoir ses incertitudes. Il se retrouve partagé entre le bonheur de voir sa fille succomber à l'amour, et la tristesse de la voir partir. Une chanson tout en douceur dans une comédie musicale haute en couleurs (noires). Et n'oublions pas de citer l'incomparable Nathan Lane.

Le choix de Thomas : « Avoir une fille », Roméo et Juliette

Ah Roméo et Juliette. Si les mères des deux amants de Vérone occupent une belle place dans cette comédie musicale, notamment avec cette chanson iconique qu’est « La Haine », n’oublions pas le père de Juliette (Gérard Presgurvic ayant fait mystérieusement disparaître le père de Roméo). Ce dernier, plus discret que son épouse, a tout de même droit à une très jolie chanson sur la paternité, et sûrement l’une des plus belles du spectacle. Même Cécilia Cara ne peut s’empêcher de lui faire un câlin à la fin tellement c’est beau.

Le choix de Eve-Marie : « My Heart Belongs to Daddy », Leave It To Me

Nous ne sommes pas si innocent.e.s que ça, nous savons très bien que cette chanson n'est pas vraiment une belle déclaration d'amour à son père. Mais nous ne pouvions faire l'impasse sur ce morceau. Devenu un tube incontournable grâce à l'interprétation de Marilyn Monroe dans le film Le Milliardaire, ce standard de jazz a été écrit par Cole Porter pour sa comédie musicale Leave It To Me. Si l'œuvre est tombée depuis dans l'oubli, personne n'a oublié cette chanson qui a lancé la carrière de son interprète, Mary Martin. Cette dernière a par la suite remporté trois Tony Awards pour South Pacific, Peter Pan et The Sound of Music et est l'une des figures emblématiques de l'âge d'or de Broadway. Elle reprend cette chanson ici dans le film Night and Day en compagnie de danseurs aux costumes douteux.

Le choix de Philémon : « Sugar Daddy », Hedwig and the Angry Inch

Que voulez-vous, à chaque playlist il faut bien qu'un.e de nos chroniqueur.euse choisisse une chanson un peu grivoise. Pas besoin d'en dire plus, les paroles et la performance de Neil Patrick Harris parlent pour elles-même. (Pour les non anglophones, nous vous déconseillons vivement de chanter cette chanson à votre père).

Le choix de Nathalie : « Le Spectre de mon père dans le parc », L'Origine de mes espèces

On ne le répètera jamais assez, en matière de comédie musicale, il n'y a pas que Broadway, le West-End et Paris. Le Canada par exemple a une scène de comédie musicale très riche, comme nous le prouve constamment notre chroniqueuse Nathalie. L'Origine de mes espèces est une œuvre de Michel Rivard, interprète et auteur très connu dans son pays, qualifiée de « théâtre musical en solitaire ». Seul en scène, il s'interroge sur sa famille et se demande si son père est bien son vrai père. Dans cette ballade touchante, il s'imagine croisant son père dans un parc, un an avant sa naissance.

Le choix de Romain : « Papa t'es plus dans le coup », 8 Femmes

Nous ne remercierons jamais assez François Ozon de nous avoir fait (re)découvrir cette chanson de Sheila. Même si on les aime, combien de fois nos pères nous ont foutu la honte ? En faisant des blagues douteuses devant nos ami.e.s ou encore en dansant de manière fantasque lors des célébrations familiales… Mais n'est-ce pas aussi le rôle des parents d'être un peu ringards ? Dans cette chanson Ludivine Sagnier se moque de son père avec beaucoup d'amour accompagnée par deux choristes de luxe. On ne se lasse pas du petit regard perdu de Catherine Deneuve pendant toute la chorégraphie (rappelons qu'elle jouait une professeur de danse rêvant de danser à l'Opéra dans Les Demoiselles de Rochefort…).

Le choix de Gaby : « My Eyes Adored You », Jersey Boys

Si on retient de Jersey Boys les chansons entraînantes, les quatres beaux garçons en costard et l'habile intégration de « Ces soirées-là » de Yannick, le spectacle nous offre aussi de beaux moments d'émotions. C'est le cas de « My Eyes Adored You ». Très belle chanson en elle-même, qui arrive au moment du divorce de Frankie Valli le forçant à quitter le domicile familiale, donc ses filles. Une scène touchante qui nous permet de découvrir une facette plus fragile du célèbre chanteur.

Le choix de Chloé : « Papa Can You Hear Me », Yentl

On ne pouvait décemment pas faire une playlist pour la fête des pères sans inclure ce petit bijou. Ici Yentl implore l'esprit de son père de lui donner conseil. Cette chanson composée par notre Michel Legrand national est ici magistralement interprétée par Barbra Streisand, dans le film qu'elle a elle-même réalisé. Une prouesse tant au niveau du chant que du jeu.

Le choix de la rédaction : « He Lives in You », The Lion King

Enfin nous terminons cette playlist avec ce grand classique de Disney et de la comédie musicale. Une chanson que Mufasa chante à son fils, que ce dernier reprend par la suite après la disparition de son père. Un morceau qui lui donne la force d'affronter son destin. De notre côté on a plus qu'une hâte, de pouvoir réentendre cette chanson au Théâtre Mogador le plus tôt possible.

Et vous, quelle est votre chanson de fête des pères ?

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.