Critique : “31” au Studio des Champs-Élysées

Après nous en avoir donné un avant-goût au Vingtième Théâtre et à Avignon en 2016, la troupe de 31 s'installe au Studio des Champs-Élysées pour nous embarquer dans un torrent de rires et de larmes.

Vingt ans d'amitié unissent Stéphane, Victoire, Anthony et Ruben. Vingt ans, et vingt réveillons : chaque Saint-Sylvestre, ils se retrouvent coûte que coûte pour entrer ensemble dans une nouvelle année. En dépit de la tradition, leurs cœurs ne sont pas tant à la fête qu'au bilan sur leurs vies et leur relation. Le soir du 31 décembre 1999, tous les non-dits et les frustrations éclatent au grand jour dans une prise de bec mémorable. De cette date, nous remontons alors le temps année après année, de 31 en 31, pour découvrir le parcours singulier qui les a menés jusque là.

Fabian Richard, Valérie Zaccomer, Carole Deffit et Alexandre Faitrouni dans

Fabian Richard, Valérie Zaccomer, Carole Deffit et Alexandre Faitrouni dans "31"

Inspiré par le projet Les Funambules (collectif de 200 artistes dont l'album éponyme chante l'amour pour tous afin de lutter contre l'homophobie et la transphobie) dont elle reprend quelques chansons, 31 est l'œuvre d'un trio d'auteurs au talent admirable.

Stéphane Laporte (Panique à Bord ; Mamma Mia! en Français) et Gaétan Borg (Avenue Q ; Voca People) signent une histoire d'amitié d'une rare beauté, dont l'émotion nous cueille dès les premiers instants. Ils co-signent la plupart des chansons avec Stéphane Corbin (L'Hôtel des Roches Noires), compositeur de l'album Les Funambules.

Si le destin de leurs personnages est littéralement extraordinaire, les deux librettistes ont su leur donner toute la substance nécessaire pour qu'on s'entiche de leurs personnalités sur le fil et à fleur de peau. On a beau ne pas être comme eux : jeune chef d'une grande entreprise, employé d'un hôtel de luxe à l'autre bout du monde, ni porte-parole d'une fondation de lutte contre le SIDA, ces quatre amis nous renvoient à nos doutes, nos aspirations et nos sacrifices à travers ceux qu'ils expriment en chansons.
La structure éminemment originale de cette pièce racontée à reculons est maîtrisée à la perfection. De déclarations d'amitiés en déclaration d'amour, Borg et Laporte ont su créé des moments d'intimité aussi forts qu'authentiques, au service d'une histoire inventive et touchante.
Si vous aimez vous laisser entraîner par l'émotion du théâtre, 31 vous arrachera sans l'ombre d'un doute autant de larmes que nous en avons versées tout au long de la pièce. Un mot, un geste, une note ou un regard : les plus petits détails, par leur justesse d'interprétation et leur puissance, nous saisissent au plus profond du cœur.

Alexandre Faitrouni et Valérie Zaccomer dans

Alexandre Faitrouni et Valérie Zaccomer dans "31"

Mais 31 nous fait rire également ! Répliques cinglantes et situations cocasses nous donnent à voir les défauts attachants de ces quatre énergumènes. La mise en scène irréprochable de Virginie Lemoine exploite avec talent un décor élégant qui se module intelligemment au fil des années égrainées par l'histoire. Elle sait surtout faire ressortir ce qu'ont de meilleur les quatre interprètes fabuleux qui donnent vie à l'œuvre.
Valérie Zaccomer (Frankenstein Junior ; Fame) campe une fantasque Victoire qui nous chamboule avec la chanson "Sous quel arc-en-ciel ?". Dans le rôle du cadet de la bande, Alexandre Faitrouni (La Belle et la Bête ; La Fabrique) nous émeut avec sa description de l'homme de ses rêves dans "Tu seras". Fabian Richard (Cabaret ; Hair) et Carole Deffit (Swinging Life ; Chance !) excellents comédiens-chanteurs, n'ont plus à faire leurs preuves et sont tout aussi éblouissants dans leurs rôles respectifs.

Carole Deffit et Fabian Richard dans

Malgré leur interprétation, leurs solos ne sont cependant pas aussi captivants. C'est là le seul reproche que l'on pourrait formuler à l'égard de 31 : tout est très beau dans cette comédie musicale (livret, paroles et musiques regorgent d'inventions charmantes), mais il manque souvent un petit je-ne-sais-quoi aux chansons pour que l'ensemble nous emporte totalement.
Stéphane Corbin a néanmoins accompli un très beau travail sur les mélodies et les arrangements, signant au passage des séquences instrumentales très inspirées qui seraient tout à fait à leur place sur les scènes des théâtres Off-Broadway.

31 n'en reste pas moins la pépite de cette saison théâtrale ! Rares sont les comédies musicales de cette facture, portées par une distribution de qualité. À ne pas rater !


"31"31, de Gaétan Borg et Stéphane Laporte

Au Studio des Champs-Élysées
15 avenue Montaigne, 75008 Paris
Du 3 février au 30 juillet 2017

Livret et paroles : Gaétan Borg et Stéphane Laporte ; paroles : Patrick Loiseau, Guillaume Mélanie et François Corbin ; paroles et musique : Stéphane Corbin ; mise en scène : Virginie Lemoine ; décors : Grégoire Lemoine ; costumes : Cécilia Sebaoun ; lumières : Denis Koransky ; son : Sébastien Angel

Avec ; Carole Deffit, Alexandre Faitrouni, Fabian Richard et Valérie Zaccomer. Piano : Stéphane Corbin

0 réponses

  1. […] sur les scènes parisiennes ce mois-ci ! C'est le cas de quelques uns de nos coups de cœur comme 31, Kiki – Le Montparnasse des Années Folles, Le Concert sans retour des Cinq de Cœur, ou encore […]
  2. […] ne vous reste que quelques semaines pour aller découvrir 31 – Comédie (musicale) au Studio des Champs-Élysées, ainsi que Les Choristes aux Folies Bergère. Il était une fois […]

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire. Pas encore inscrit ? Cliquez-ici.